France
URL courte
5913
S'abonner

Un homme de 32 ans a été interpellé après avoir endommagé sept véhicules des forces de l’ordre devant le commissariat de Vénissieux (Rhône), puis deux autres stationnés devant un poste de police de Lyon. Le malfaiteur a été par la suite placé en garde à vue.

Au total neuf véhicules de police ont été ciblés dans la soirée du 9 décembre par un homme de 32 ans à Lyon et Vénissieux (Rhône), rapporte Actu 17.

Dans un premier temps, l’individu «s’est occupé» des rétroviseurs de six voitures sérigraphiées et celui d’une voiture banalisée en stationnement devant le poste de police de Vénissieux. C’est un passant qui a signalé les faits aux forces de l’ordre. Mais l’auteur a pris la fuite quand les policiers ont essayé de le repérer.

L’homme a toutefois été filmé par des caméras de surveillance. Ses images ont été fournies à toutes les patrouilles.

Une deuxième tentative de dégradations

Plus tard dans la soirée, l’individu a de nouveau fait son apparition. Devant un autre poste de police, celui du VIIe arrondissement de Lyon, il a tenté d’arracher les rétroviseurs de deux voitures de service, stationnées à côté. Cette fois-ci, c’est un policier en civil qui l’a aperçu. Le fonctionnaire a arrêté le malfaiteur dans la foulée. Il a été placé en garde à vue. Sans difficulté, des policiers ont établi que l’homme interpellé était celui ayant dégradé des voitures à Vénissieux, précise Actu 17.

Selon une source policière citée par le média, l’individu, qui est un ressortissant polonais, était déjà recherché par une fiche Schengen dans l’Union européenne.

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Édouard Philippe prolonge le confinement pour deux semaines
Covid 19: un cardiologue camerounais met en garde contre le traitement du professeur Raoult
La vague épidémique est «extrêment élevée» et les jours à venir vont être «difficiles», alerte Édouard Philippe
Tags:
police, automobile, Rhône, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook