France
URL courte
233512
S'abonner

Un chauffeur de bus de la RATP du Val-de-Marne quittait un dépôt pour assurer son service lorsque des agents en grève de la compagnie l’ont copieusement insulté. Les forces de l'ordre sont intervenues pour les séparer. C’est le deuxième incident du genre en une semaine.

Un conducteur de bus qui quittait un dépôt pour prendre son service a été interpellé et violemment insulté mardi 10 décembre entre 7h30 et 8h30 par des collègues grévistes qui bloquaient le passage, rapporte LCI.

​La scène, filmée à la sortie du dépôt de bus de la RATP à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) et publiée sur les réseaux sociaux, a fait polémique.

La vidéo de l'altercation diffusée commence par un chant d'insultes. Puis plusieurs personnes arborant des vestes de la CGT s'approchent d’un bus qui passe. Le chauffeur arrête son véhicule et ouvre la fenêtre. S'ensuivent des échanges tendus entre le conducteur et les grévistes.

Des forces de l'ordre présentes sur place interviennent pour les séparer. La RATP a indiqué à LCI que leur intervention avait rendu possible «le déblocage complet du site aux alentours de 9 heures».

Quant au chauffeur, la RATP, qui condamne «fermement ces agissements», a assuré qu’«il va bien et était en service aujourd'hui».

Ce n’est pas un incident isolé

Un conducteur de tramway, descendu retirer des poubelles et d’autres objets qui obstruaient les rails, a été violemment pris à partie le 6 décembre au matin, aux alentours de 5h30, par ses collègues qui faisaient grève contre la réforme des retraites à la RATP dans la ville de La Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine). Cependant le conducteur n'aurait pas subi de violences physiques.

Lire aussi:

Traversée de l’Algérie avec un âne: le challenge qui passe mal sur les réseaux sociaux
Bill Clinton se fait masser par une accusatrice de Jeffrey Epstein sur des clichés de 2002 – photos
Une «violente altercation» éclate entre deux avocats lors du procès Sarkozy, l’audience suspendue
Tags:
CGT, RATP, Val-de-Marne, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook