France
URL courte
Grève générale contre la réforme des retraites en France (155)
20354
S'abonner

Il y a quatre ans, l’actuelle secrétaire d’État pour l’Égalité femmes-hommes qui défend aujourd’hui la réforme des retraites de son gouvernement ne semblait pas du tout favorable au durcissement des règles du départ à la retraite, comme le montre un tweet déterré sur son compte.

En plein mouvement de contestation sociale contre le projet de réforme des retraites, un ancien tweet de Marlène Schiappa a été retrouvé.

En 2015, celle qui se range aujourd’hui parmi les défenseurs de la réforme des retraites écrivait notamment: «Après 50 ans on ne t'embauche plus mais le @medef veut que tu partes à la retraite à 67 ans... Pendant 17 ans, tu fais quoi?».

​Une interrogation qui n’est pas passée inaperçue aux oreilles de plusieurs politiques, dont Adrien Quatennens de La France insoumise (LFI) et Jordan Bardella du Rassemblement national (RN).

Un autre tweet controversé

La semaine dernière, un autre tweet de Marlène Schiappa sur les retraites avait été exhumé. En 2010, l’actuelle secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes expliquait dans ce message, écrit sous la forme d’un dialogue avec sa fille, son opposition à une réforme des retraites.

Réforme des retraites

Édouard Philippe a détaillé mercredi 11 décembre le contenu du futur système de retraite. Selon le plan dévoilé, l'âge légal restera à 62 ans, avec «un âge d'équilibre» progressivement amené à 64 ans et «un système de bonus-malus» pour inciter à travailler plus longtemps et équilibrer les comptes du système.

Dossier:
Grève générale contre la réforme des retraites en France (155)

Lire aussi:

La Syrie promet d'abattre tout avion violant son espace aérien
Un chien protège un garçon de trois ans perdu dans les bois
La punition qu’un père administre à ses filles qui refusent de porter le voile
Éric Drouet exfiltré du Salon de l’Agriculture lors de la visite de Macron – vidéo
Tags:
France, réforme des retraites, retraite, Marlène Schiappa
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook