France
URL courte
6211
S'abonner

Grâce à une autorisation de l’Autorité de la concurrence, le groupe français Eiffage rachète la part de 49,9% détenue par le groupe chinois Casil Europe dans la société Aéroport de Toulouse-Blagnac (ATB), et ainsi l’aéroport redeviendra intégralement français.

L’Autorité de la concurrence a autorisé le 11 décembre sans les conditions particulières le rachat de la part jusqu’à maintenant détenue par la société chinoise Casil Europe dans la société Aéroport de Toulouse-Blagnac (ATB) par le groupe Eiffage, est-il publié dans un communiqué de l’institution.

«Les parties à l’opération, Eiffage et ATB, sont simultanément actives sur le marché de l’octroi des concessions aéroportuaires. Toutefois, compte tenu de leur part de marché cumulée, qui reste faible, tout risque d’atteinte à la concurrence a pu être écarté», détaille le texte.

Grâce à ce rachat, l’aéroport Toulouse-Blagnac redeviendra 100% français, alors qu’auparavant 49,9% en étaient détenus par le groupe chinois Casil Europe.

Avant de donner son autorisation, l’Autorité de la concurrence a indiqué avoir analysé «les effets de la concentration sur les marchés de travaux et d’entretien des infrastructures aéroportuaires au titre des effets verticaux».

«Compte tenu de ces éléments, l’Autorité a autorisé l’opération sans engagement», conclut le communiqué.

Le 8 décembre, le groupe Eiffage avait notifié à l’Autorité de la concurrence son intention de prendre le contrôle de la société Aéroport de Toulouse-Blagnac (ATB), qui exploite l’infrastructure de la Ville rose.

Lire aussi:

Ce que l’on sait de l’arme utilisée par le terroriste pour décapiter le professeur Paty
Un élève de dix ans nommé Jihad mord son enseignante devant toute sa classe dans le Val-de-Marne
Les anciens amis du terroriste de Conflans témoignent
Le nombre de nouveaux cas de Covid-19 en France chute de plus de moitié en une journée
Tags:
économie, France, aéroport, avion
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook