France
URL courte
L'affaire Delevoye, ministre des retraites contraint à la démission (14)
23130
S'abonner

Interrogé sur la réforme des retraites ce mardi dans Bourdin Direct sur BFM TV, Gérald Darmanin en a profité pour exprimer son respect à Jean-Paul Delevoye. Le ministre affirme qu’il n’y a pas «mort d’homme» dans ce que le haut-commissaire démissionnaire a fait.

Le ministre de l’Action et des Comptes publics a évoqué ce 17 décembre dans Bourdin Direct sur BFM TV le problème de la réforme de retraite, mais aussi la démission du haut-commissaire aux Retraites Jean-Paul Delevoye, un homme de grande qualité, selon lui.

Le ministre, qui dit connaître Jean-Paul Delevoye, estime que ce qui s’est passé est «très démonstrateur d’une forme de mépris sur tout ce qui ressemble de plus ou moins à des gens qui donnent du temps pour l’intérêt général».

M.Darmanin avance qu’à cet âge, le haut-commissaire aurait pu rester tranquillement chez lui plutôt que de s’intéresser à un dossier aussi compliqué et dans lequel il n’y avait que des coups à prendre.

Un homme qui «va manquer au gouvernement»

«Il va manquer au gouvernement», affirme le ministre qui ajoute qu’on «ne va pas taper par terre un type qui est allongé».

D’après lui, Jean-Paul Delevoye a beaucoup servi la République. Mais il a choisi de retrousser ses manches pour travailler, tandis qu’il aurait pu rester tranquillement chez lui pour regarder la télévision et voir comment le Président Macron allait se débrouiller.

«Il a peut-être fait quelques bêtises. Il l’a dit lui-même. Qui n’en fait pas? En l’occurrence, je ne pense pas qu'il y ait eu mort d'homme dans ce qu'a fait Jean-Paul Delevoye. Il a choisi de démissionner. Mais je respecte très fortement la personnalité de Jean-Paul Delevoye. C’est un homme de grande qualité», a conclu Gérald Darmanin.

Démission du haut-commissaire aux Retraites

La démission de Jean-Paul Delevoye arrive alors que la grève contre le projet de réforme des retraites entre ce lundi dans sa 12e journée de mobilisation.

Selon Le Monde, la nomination du nouveau responsable de la réforme doit être avalisée en conseil des ministres et le dernier de l’année se tient dans deux jours, le 18 décembre.

Confit l'intérêt avec le milieu des assurances

Il y a quelques jours, M.Delevoye a reconnu avoir omis de déclarer sa fonction d'administrateur bénévole dans l'Institut de formation de la profession de l’assurance (IFPASS), et rectifié sa déclaration d'intérêts en déclarant 13 mandats, dont 11 bénévoles, soit 10 de plus que dans la version initiale.

Le 9 décembre, il a démissionné de sa fonction d’administrateur bénévole de l’IFPASS.

M.Delevoye a en outre cumulé sa fonction de haut-commissaire avec celle, rémunérée, de président d'honneur du think tank Parallaxe dépendant du groupe de formation IGS. Ce cumul était déclaré mais proscrit par l’article 23 de la Constitution, ce qu'il a dit avoir appris ensuite. Il a quitté son poste chez Parallaxe le 10 décembre. Selon les médias, ses équipes ont annoncé que M.Delevoye avait déjà remboursé à Parallaxe les sommes perçues depuis qu’il a été nommé au gouvernement le 3 septembre.

L'association anticorruption Anticor a saisi mardi 10 décembre la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) au sujet de la déclaration d'intérêts de Jean-Paul Delevoye. La HATVP doit faire le 18 décembre son annonce décisive sur l’implication de la justice dans cette affaire.

Dossier:
L'affaire Delevoye, ministre des retraites contraint à la démission (14)

Lire aussi:

Une deuxième vague de Covid-19, «c’est presque certain», affirme un infectiologue japonais
Un homme de 75 ans en sang: les policiers de Buffalo démissionnent par solidarité avec leurs deux collègues suspendus
Engagement de GI en Tunisie: Washington accuse Moscou et tente de doubler Paris
Tensions dans le centre de Marseille où la police tente de disperser les manifestants - vidéos
Tags:
démission, Jean-Paul Delevoye, Gérald Darmanin
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook