France
URL courte
Le couple Balkany face à la justice (33)
146214
S'abonner

L'accusation a requis ce mercredi 18 décembre quatre ans de prison ferme avec incarcération immédiate contre le maire de Levallois-Perret Patrick Balkany et quatre ans dont deux avec sursis contre son épouse Isabelle, jugés en appel à Paris pour fraude fiscale.

Quatre ans de prison ferme avec incarcération immédiate: en voici les «sanctions» demandées ce 18 décembre en appel contre le maire de Levallois-Perret Patrick Balkany, incarcéré depuis trois mois et hospitalisé depuis le 12 décembre, écrit l’AFP.

Quant à son épouse Isabelle Balkany, l’accusation a requis quatre ans dont deux avec sursis.

Appelant à sanctionner une «fraude massive, assumée, confinant à l'arrogance», le parquet général a aussi demandé dix ans d'inéligibilité contre les édiles et «l'exécution provisoire» de cette peine complémentaire, qui si elle était appliquée empêcherait les Balkany de se présenter aux prochaines municipales, précise l’AFP.

«Mécaniquement enrichis en utilisant l'impôt»

L'accusation a fustigé des élus qui n'ont eu «de cesse de mettre à distance leur responsabilité», qui répètent «à longueur de journée qu'ils n'ont pas détourné d'argent public» mais qui «se sont mécaniquement enrichis en utilisant l'impôt qui devait abonder les ressources publiques».

En première instance, Patrick Balkany a été condamné dans ce dossier à quatre ans avec incarcération immédiate, son épouse à trois ans ferme mais sans mandat de dépôt et tous deux à dix ans d'inéligibilité, une sanction justifiée par le tribunal correctionnel pour leur ancrage dans une «délinquance fortement rémunératrice».

Dossier:
Le couple Balkany face à la justice (33)

Lire aussi:

En continu: attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo, des blessés
Premières images depuis les lieux de l'attaque près des ex-locaux de Charlie Hebdo
Marseille: manifestation contre les nouvelles mesures sanitaires - vidéo
Tags:
France, Isabelle Balkany, Patrick Balkany
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook