France
URL courte
9524
S'abonner

Un homme de 37 ans a envoyé des e-mails à une dizaine de mosquées avec l’idée d’y recruter des djihadistes. En froid avec ses frères et sœurs pour une histoire d’héritage, il espérait trouver des volontaires pour les exécuter.

Un habitant d’Aussonne, près de Toulouse (Haute-Garonne), a été arrêté lundi 16 décembre et mis en examen pour «menaces de mort». D’après les informations de La Dépêche, confirmées par actuToulouse, il a envoyé une dizaine d’e-mails à des mosquées de la région pensant pouvoir entrer en contact avec des djihadistes pour leur demander d’exécuter sa famille.

Selon les médias locaux, l’homme de 37 ans a perdu patience pour une histoire d’héritage. Depuis que son père est décédé en 2015, des tensions sont apparues entre le suspect et ses frères et sœurs à propos de la succession. Dans ses e-mails, il renseigne les noms, prénoms et adresses de ses proches, espérant s’en débarrasser.

Mais il ne s’arrête pas là. Il envoie, toujours par mail, des menaces inquiétantes au notaire chargé de la succession. La gendarmerie de Toulouse-Mirail en est informée vendredi 13 décembre. Dès le lendemain matin, le suspect reçoit la visite des gendarmes qui le placent immédiatement en garde à vue.

Il affirme que ce n’était pas sérieux

Avant l’interpellation des gendarmes, l’homme envoie à nouveau des e-mails aux mosquées, cette fois pour s’excuser. Il évoque un canular et affirme que ses précédentes requêtes n’étaient pas sérieuses. Le procureur a quand même décidé d’ouvrir une information judiciaire pour «menaces de mort».

Lire aussi:

Space X, pétrole, G7: de quoi se sont entretenus au téléphone Poutine et Trump
Un drone filme une foule détruire une colonne entière de voitures de police à Philadelphie – vidéo
La taxe qui avait provoqué le mouvement des Gilets jaunes remise sur la table par un conseiller de Macron
«Cent fois pire»: un nouveau virus prédit pour l’humanité
Tags:
Toulouse, mosquées, héritage, sœur, frère, famille, tuer, recrutement, djihadisme
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook