France
URL courte
13622
S'abonner

Emmanuel Macron, venu ce 20 décembre passer Noël avec les troupes françaises basées en Côte d'Ivoire, a annoncé qu'il entendait donner une «nouvelle force» à la lutte antidjihadiste au Sahel.

Accueilli par son homologue Alassane Ouattara, le Président est arrivé en fin de journée en Côte d'Ivoire, pour une visite de 48 heures loin de la crise de la réforme des retraites en France. De l'aéroport, il s'est rendu directement à la base française pour partager avec les quelque 1.000 soldats français présents sur place un dîner préparé par le chef de l'Élysée, Guillaume Gomez.

Devant les soldats, Emmanuel Macron a évoqué le récent drame vécu par l'armée française: la perte de 13 militaires de l'opération antidjihadiste Barkhane dans une collision accidentelle entre deux hélicoptères, au cours d'une opération au Mali.

«Nous continuerons à lutter contre les terroristes djihadistes. Nous continuerons à le faire avec nos partenaires africains et avec nos partenaires européens et internationaux (...) Car si nous laissons prospérer la menace, elle nous touchera aussi», a-t-il prévenu.

«Je souhaite que nous puissions donner une nouvelle profondeur, de nouveaux engagements, une nouvelle force à cette opération pour gagner ce combat indispensable à la stabilité et à la sécurité du Sahel, plus largement de toute la région et aussi de l'Europe», a affirmé le Président français lors son discours aux soldats français.

Tout le Sahel, en particulier le Mali, le Niger et le Burkina, est désormais visé par les assauts de plus en plus audacieux de groupes islamistes, en dépit du renforcement des armées locales et de la présence de 4.500 militaires français de la force antidjihadiste Barkhane, indique l'AFP.

Lire aussi:

Macron avait chargé Sarkozy de transmettre une lettre secrète à Carlos Ghosn
Elle promène son chien et tombe sur un lionceau près de Perpignan – photo
Une histoire d’amour coûte la vie à un jeune Marocain
Tags:
lutte antiterroriste, Emmanuel Macron, Sahel, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik