France
URL courte
9526
S'abonner

Pour échapper à son conjoint violent qui la menace avec un sabre, une Chelloise est passée de son balcon du 2e étage à celui de ses voisins du dessous. La police, arrivée sur place, a découvert un arsenal d’une dizaine d’armes blanches dans l’appartement du suspect qui a affirmé être un collectionneur.

Une habitante de Chelles de 27 ans a sauté mardi 17 décembre au soir de son balcon du deuxième étage d'un immeuble à celui situé au premier étage pour fuir les violences de son mari. L’homme la menaçait avec un sabre, rapporte Le Parisien.

Il est environ 21 heures lorsque les voisins ont alerté les forces de l'ordre pour prévenir que la jeune femme s'était réfugiée sur le balcon, appelant à l’aide.

Arrivés sur les lieux, les policiers ont dû mener des négociations avec le suspect pendant près d’une heure pour qu’il ouvre la porte de l'appartement où se trouvait toujours une fillette d'un an et demi.

Un arsenal d’armes blanches

Une voiture de police en flammes.
© AFP 2020 ZAKARIA ABDELKAFI Une voiture de police en flammes.
Les fonctionnaires ont finalement interpellé le compagnon violent et ont saisi une dizaine d’armes blanches: une machette, des épées, un katana, une pointe de lance et d’autres.

Placé en garde à vue, l’homme, âgé de 29 ans et inconnu des services de police, a affirmé être simplement un collectionneur d’armes blanches et ne pas se souvenir de ce déchaînement de violence. Il a été déféré jeudi 19 décembre devant le tribunal correctionnel de Meaux et devait être placé sous contrôle judiciaire.

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Édouard Philippe prolonge le confinement pour deux semaines
Covid 19: un cardiologue camerounais met en garde contre le traitement du professeur Raoult
La vague épidémique est «extrêment élevée» et les jours à venir vont être «difficiles», alerte Édouard Philippe
Tags:
violences, sabre, Seine-et-Marne, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook