France
URL courte
151447
S'abonner

Lors d’une dispute avec sa compagne, un jeune homme avait jeté son chien par la fenêtre le 5 août 2019. Au tribunal, il a exprimé son repentir mais il a été puni de cinq mois de prison avec sursis et de 15 ans d’interdiction de détenir un animal.

Un jeune carrossier a été condamné vendredi 20 décembre à cinq mois de prison avec sursis et à 15 ans d’interdiction de détenir un animal ainsi qu’à 250 euros pour préjudice moral à chacune des associations de défense et à 450 euros pour les frais de justice. Il est accusé d’avoir jeté son labrador par la fenêtre le 5 août 2019, rapporte Ouest-France.

Devant le tribunal, le prévenu a avoué «avoir pété un câble» après des querelles répétées avec sa compagne qui lui demandait de «prendre ses affaires et de s’en aller avec son chien».

Les trois associations de défense des intérêts animaliers ont évoqué des faits «d’une particulière gravité» et «l’intention manifeste de donner la mort étant donné la violence du geste de projection de l’animal». Elles ont également présenté le témoignage de voisins confirmant «des coups de pied répétés sur le chien et l’absence de suivi vétérinaire».

Position du ministère public

Le procureur, quant à lui, a déploré la «gravité d’un geste radical» mais n’a pas souhaité demander une peine exemplaire malgré les injonctions des pétitions (plus de 113.663 signataires).

«La justice ne doit pas se transformer en vengeance», a-t-il expliqué.

En outre, il a reconnu que le prévenu avait exprimé son repentir, qu’il n’existait pas d’antécédent et que le contrôle judiciaire avait été respecté.

Position de la défense

Quant à l’avocat du jeune homme, il a qualifié cet acte d’inadmissible mais a insisté sur l’isolement de ce geste. Il a également dénoncé «l’emballement sociétal et le lynchage médiatique» suscités par l’émotion du drame. En effet, suite aux pétitions et aux plaintes du voisinage, le couple avait dû déménager.

«Le chien a cristallisé toutes les souffrances de mon client et il a, depuis, montré sa bonne volonté. On est loin d’être devant un fou sanguinaire, juste un jeune gars un peu paumé, mal dans son couple et dans sa vie. La justice ne doit pas être gouvernée par l’émotion», a-t-il déclaré.

Lire aussi:

L’évolution des revenus de Jean Castex évaluée par Franceinfo
Ce pays européen a été désigné par la Chine comme possible point d’origine du coronavirus
La LDNA, mouvement pour la défense des Africains, espère la dissolution de l’Église catholique
Tags:
violences, chiens, Brest (France), France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook