France
URL courte
21260
S'abonner

Sur fond de renonciation d’Emmanuel Macron à sa future pension de retraite, le magazine L’Express est revenu sur les dépenses provenant des caisses publiques pour assurer la vie et le travail des anciens Présidents français, dont le montant total est de 3,8 millions d’euros en 2018.

Emmanuel Macron est devenu le premier chef d’État français à renoncer à sa future pension de retraite, alors que ses prédécesseurs continuent à en bénéficier. Outre leurs rémunérations monétaires, François Hollande, Nicolas Sarkozy et Valéry Giscard d’Estaing ont certains avantages non monétaires, que L’Express a listés.

Pension de base

Les ex-Présidents touchent 6.220 euros brut par mois, taux de base, auxquels peuvent s’ajouter d’autres salaires et pensions si ceux-ci exercent d’autres activités professionnelles. Bien que le siège au Conseil constitutionnel lui apporte en plus 13.500 euros par mois, François Hollande y a renoncé, tandis que Nicolas Sarkozy a quitté cette institution, impliqué dans l’affaire Bygmalion.

Cependant, la plupart des sommes payées par l’État sont «en nature» et s’appliquent conformément à un système dégressif, selon un décret signé par M.Hollande en 2016.

Bénéfices en nature

Il s’agit notamment des deux policiers mis à disposition pour assurer leur protection, d’une voiture et d’un appartement de fonction, les charges et la maintenance comprises, sept collaborateurs, un titre de transport gratuit pour les voyages avec Air France et la SNCF, ainsi que d’autres prestations. Au bout de cinq ans après la fin de leur présidence, les frais de transports ne sont plus remboursés par l’État, le nombre de collaborateurs est réduit à trois.

Selon les calculs de l’ancien député René Dosière, spécialiste du train de vie de l’État, 3,8 millions d’euros ont été dépensés en 2018 pour couvrir le coût des loyers des ex-Présidents et des services de leurs collaborateurs, ainsi que les frais de sécurité.

François Hollande

Environ 15.000 euros net par mois sont versés sur son compte, une pension composée de quatre indemnités liées à ses autres anciens postes (ex-député de Corrèze, ancien conseiller de la Cour des comptes, ancien président du conseil général de Corrèze). De plus, M.Hollande dispose d’un appartement de fonction de 300 mètres carrés. Au total, l’État a payé 804.377 euros pour assurer sa vie et son travail en 2018, a indiqué René Doisère.

Nicolas Sarkozy

Avec ses 10.000 euros touchés par mois, l’ex-Président ayant quitté son poste en 2012 profite d’un appartement de 11 pièces faisant 320 mètres carrés, selon le magazine Challenges cité par L’Express. De plus, l’habitation est ornée de peintures datant du XIXe siècle.

Valéry Giscard d’Estaing

Comme il n’exerce plus les fonctions de Président depuis presque 40 ans, sa pension est la plus élevée pour l’État en cumul, d’autant plus qu’il reçoit 13.500 euros par mois supplémentaires pour son siège au Conseil constitutionnel. En 2018, son coût était de 710.439 euros hors sécurité, a affirmé René Dosière, alors que le coût annuel de sa résidence privée à Authon était de 1,1 million d’euros en 2013, selon La Tribune. Depuis 30 ans, il réside dans «de splendides locaux» situés boulevard Saint-Germain à Paris, a fait savoir Challenges.

Lire aussi:

Une rixe d’une rare violence filmée en pleine rue à Fleury-Mérogis – vidéo
Après le Covid-19, la Chine voit ressurgir un virus mortel transmis par les tiques
Une «cause extérieure»: le capitaine qui a transporté le nitrate d'ammonium parti en fumée à Beyrouth s’exprime
Un prévisionniste qui ne s'est jamais trompé donne ses pronostics pour la présidentielle US
Tags:
Emmanuel Macron, retraite, Valéry Giscard d'Estaing, Nicolas Sarkozy, François Hollande
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook