France
URL courte
15543
S'abonner

Absences répétées au Conseil de l’Arctique et sorties médiatiques sont les motifs retenus par deux députés français pour inviter Ségolène Royal à se justifier devant l’Assemblée nationale, rapporte Le Figaro.

L’ambassadrice de France chargée des négociations internationales pour les pôles arctique et antarctique, Ségolène Royal, devrait être convoquée dans les jours à venir pour rendre des comptes sur ses actions aux députés Christophe Naegelen et Éric Girardin devant l’Assemblée nationale, relate Le Figaro.

Il s’agit notamment de «son absence à l’ensemble des réunions officielles au Conseil de l’Arctique qui se sont tenues depuis sa nomination» et de «ses interventions médiatiques quasiment hebdomadaires sur la politique nationale», précisent les députés Christophe Naegelen (UDI), co-responsable du groupe de travail de l’Assemblée sur les pôles, et Éric Girardin (LREM).

Selon Le Figaro, Christophe Naegelen veut que l’audition de Ségolène Royal ait lieu devant la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée, au grand complet. Soutenu par son collègue Jean-Christophe Lagarde, il a fait parvenir une lettre à cet égard à la présidente MoDem de la commission, Marielle de Sarnez.

«La France a besoin d’avoir un ambassadeur pleinement mobilisé», souligne le président de l’UDI.

Sorties médiatiques

Mme Royal s’est en effet récemment prononcée à plusieurs reprises sur des sujets d’actualité en France. Le 19 décembre, elle s’est exprimée sur Franceinfo à propos de la réforme des retraites voulue par Emmanuel Macron. Jugeant le projet «brutal», elle a estimé qu’il allait «une fois de plus pénaliser les femmes».

«Le système actuel qui recule l’âge du départ à la retraite va une fois de plus pénaliser les femmes. Et les femmes n’ont aucune raison de faire confiance à ce gouvernement», a-t-elle déclaré.

Quelques jours plus tard, Ségolène Royal a taclé Emmanuel Macron pour avoir renoncé à sa retraite de Président.

«La vraie question c’est de savoir s’il renonce à retourner après l’Élysée dans le monde du business mondialisé avec les énormes retraites chapeaux qui vont avec et dont les montants sont sans commune mesure...», a-t-elle écrit sur Twitter.

Profiter de ses moyens d’ambassadrice

Outre ses absences et interventions médiatiques, l’ancienne ministre de l’Environnement a été également accusée par Radio France d’utiliser partiellement ses collaborateurs et une enveloppe de 100.000 euros de frais de mission pour la promotion d’activités n’ayant aucun rapport avec sa mission d’ambassadrice.

Ségolène Royal a qualifié ces accusations d’«insinuations calomnieuses».

Elle occupe son poste d’ambassadrice depuis juillet 2017.

Lire aussi:

Un couple gagne pour la deuxième fois au loto en 35 ans, voici leur secret
Deux millions de Français contaminés par le Covid-19, affirme une étude britannique
Le préfet de Paris estime que les personnes en réanimation sont celles qui n'ont pas respecté le confinement
Covid-19: «Président africain cherche clinique européenne?» Revenez une autre fois!
Tags:
Assemblée nationale, Ségolène Royal, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook