France
URL courte
22676
S'abonner

Plus d’un millier de médecins abandonnent leurs fonctions administratives sur fond de la crise qui secoue les hôpitaux depuis dix mois et, avec 250 unités d’urgence en grève, ce mouvement est désigné comme une «désobéissance civile» revêtant une «dimension éthique» par le professeur émérite André Grimaldi, interrogé par Europe 1.

Depuis la publication d’une tribune dans Le Journal du Dimanche le 15 décembre, plus d’un millier de chefs de service, médecins hospitaliers ou responsables d’unité lâchent leurs fonctions administratives, alors que 250 unités d’urgence prennent part à la grève. Ils renoncent ainsi à appliquer la codification tarifaire pour éviter de facturer les actes à l’assurance maladie, ainsi qu’à participer à des réunions et à siéger à des commissions, indique Europe 1.

L’action se fait pour la population

Censé mettre en garde le gouvernement, ce «mouvement de désobéissance civile […] a une dimension éthique», car ceux qui y participent le font «pour la population, pas pour des intérêts corporatistes», a expliqué André Grimaldi, professeur émérite d’endocrinologie au CHU de la Pitié-Salpêtrière, cité par Europe 1.

Selon lui, ils appellent la ministre des Solidarités et de la Santé à rejoindre leurs rangs si elle est «encore médecin», et lui posent la question: est-elle «une ministre de la Santé représentante des professionnels de la santé et de l’intérêt des patients?».

Bien que l’État ait annoncé allouer une enveloppe de 1,5 milliard d’euros supplémentaires, André Grimaldi considère que ces fonds ne correspondent qu’à 200 millions de plus par an, une somme «dérisoire», selon le professeur.

Les signatures bientôt transmises à la ministre

Depuis le 15 décembre, le nombre de signataires de la tribune est passé de 600 à 1.000 personnes, soit «environ 10% des chefs de service toutes spécialités et services confondus sur l'ensemble du territoire», a souligné André Grimaldi, cité par France Info. Cette liste sera transmise le 6 ou le 7 janvier à Agnès Buzyn, a indiqué la chaîne de radio.

Lire aussi:

Ces pays considérés par Vladimir Poutine comme les futures superpuissances mondiales
«Il y a un risque de guerre civile» en France, prévient l'ancien chef d'État-Major des armées Pierre de Villiers
La nouvelle carte du couvre-feu en France publiée par les autorités
Une enseignante estime que Samuel Paty a «provoqué» l’acte terroriste
Tags:
hôpital, médecine, grève
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook