France
URL courte
3819
S'abonner

En Alsace, un homme a été tué et plus d’une vingtaine de personnes ont été blessées, dont des enfants, à cause des pétards du Nouvel An.

Un homme de 27 ans a été tué par un «mortier» à Haguenau (Bas-Rhin) au cours de la nuit de la Saint-Sylvestre, dans une région où l'usage des pétards entraîne de graves blessures à chaque Nouvel An, écrit l’AFP se référant à la préfecture.

Les festivités du Nouvel An ont été ternies à Haguenau, dans le Bas-Rhin, après qu’un individu âgé de 27 a trouvé la mort à cause d’un «mortier».

Cet accident s'est déroulé «hors de tout contexte de violence urbaine», a précisé la préfecture à l’AFP.

D’après LCI citant une source policière, l’homme se trouvait «dans le jardin de sa maison» et «avait ce pétard en main quand il a explosé».

«Les secours intervenus rapidement n'ont rien pu faire pour le sauver», lit-on.

En outre, selon des médias, plus de 20 personnes ont été blessées. Ainsi, à Strasbourg, SOS mains a soigné dix individus. Six d'entre eux, dont trois enfants, ont dû subir une intervention chirurgicale. Huit personnes ont été touchées à Colmar et trois à Mulhouse.

Un Nouvel An agité à Strasbourg

La nuit de la Saint-Sylvestre a aussi été marquée par des incidents à Strasbourg. Plus de véhicules ont y été incendiés que l'année précédente et plus de personnes interpellées. Des fonctionnaires ont également été blessés. Des images de scènes de chaos ont été publiées sur les réseaux sociaux.

La police n'a pas souhaité préciser le nombre de véhicules incendiés.

Lire aussi:

Un garçon de 12 ans laisse son chiot sur le seuil d'un refuge avec une note déchirante - photos
Les photos d’un chat-garou affolent la toile - photos
Un véhicule fonce dans la foule en Allemagne: 30 blessés, une enquête pour «tentative de meurtre» ouverte
Expulsée d’un sauna à cause de son maillot de bain jugé «inapproprié», elle soupçonne une autre raison – photo
Tags:
Bas-Rhin, festivités, morts, projectiles, Nouvel An, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook