France
URL courte
71416
S'abonner

Un affrontement a opposé, dans la nuit du jeudi 2 au vendredi 3 janvier, des membres des forces de l’ordre à une trentaine d’agresseurs à Compiègne. Pour le maire de la ville, il s’agit d’un «guet-apens» dans lequel deux policiers ont été légèrement blessés.

Un véhicule de police a été pris à partie par une trentaine de jeunes aux visages dissimulés dans la nuit du 2 au 3 janvier à Compiègne, dans l’Oise. La patrouille a été encerclée par les jeunes et a été la cible de tirs aux mortiers artisanaux. Elle a alors appelé des renforts qui sont rapidement arrivés sur les lieux, a relaté Le Parisien.

Selon la mairie, les forces de l’ordre ont été victimes d’un «guet-apens».

«La police nationale a mis plusieurs heures à rétablir l’ordre dans le quartier […] Le scénario est une nouvelle fois d’une affligeante banalité: guet-apens contre la police et tirs de mortiers lancés contre ceux dont la mission est de tous nous protéger», a déploré le maire, cité par TV Libertés.

La police a rapidement bouclé le quartier pour gêner la fuite des agresseurs, mais il n'y aurait eu aucune interpellation, a précisé Le Parisien.

Deux policiers blessés

Deux blessés légers ont été recensés dans les rangs des forces de l'ordre et les dégradations étaient toujours visibles vendredi.

Le 2 janvier, des agents de la police nationale avaient déjà été chahutés dans la journée, mais c'est vers 23h00 que les affrontements ont commencé pour durer, selon la mairie, quatre heures.

Les autorités du département de l'Oise ont constaté que la nuit du passage à la nouvelle année avait connu son lot d'actes délictuels, mais en quantité moindre que les années précédentes, avait précédemment indiqué Le Parisien.

Lire aussi:

Benalla qualifie de «catastrophique» l’exfiltration de Macron d’un théâtre parisien
Nouveaux détails sur l’incendie volontaire dans le restaurant parisien La Rotonde
Un chat se réveille confus entre les pattes d’un golden retriever – vidéo
Tags:
police, attaque, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik