France
URL courte
9116
S'abonner

Se disant «fou amoureux», un détenu a harcelé son ex-copine, l’appelant depuis un centre pénitentiaire, où il purge sa peine de six mois de prison, indique Le Parisien. Selon un nouveau jugement, il a écopé de trois mois ferme supplémentaires.

Écroué pour avoir harcelé par téléphone son ex-compagne, un homme de 24 ans a continué ses actions depuis une maison d’arrêt, ce qui a entraîné la prolongation de sa peine, relate Le Parisien.

Alors que les jeunes gens s’étaient séparés après sept ans de relation, l’homme s’est mis à menacer son ex-copine, passant des appels malintentionnés. Réagissant à cela, la femme a déposé plusieurs plaintes.

Harcèlement depuis la prison

Il a été ensuite incarcéré au centre pénitentiaire de Bois-d’Arcy, dans les Yvelines, pour six mois de prison, sous le coup d’une mise à l’épreuve. Cependant, ses appels se sont poursuivis en masqué depuis sa cellule, car le détenu s’était procuré un téléphone.

Selon les témoignages de la jeune femme, il voulait savoir si elle était en couple et lorsqu’il a appris que son ex-compagne n’était plus célibataire, il a promis de se venger.

Devant les magistrats, il a essayé de se justifier en déclarant qu’il avait «besoin de savoir», car leur «relation était encore ambiguë», alors qu’il était «fou amoureux» d’elle. Le tribunal correctionnel de Versailles n’a pas été convaincu par cette explication, et a condamné le détenu à trois mois supplémentaires de prison ferme, a fait savoir le quotidien.

Lire aussi:

Un berger allemand défigure une ado en pleine séance photo d’un coup de mâchoire - images
Après de nombreuses péripéties, Erdogan annonce la fin de la réalisation de l’accord sur les S-400
Vladimir Poutine promet de «fermer la bouche ignoble» de ceux qui tentent de réécrire l’Histoire à l’étranger
Tags:
peine, tribunal, détenus, harcèlement, prison
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik