France
URL courte
221240
S'abonner

Après que trois personnes ont été blessées dans une fusillade à Besançon le soir de Noël, trois autres personnes ont été blessées par balles dans le quartier de Planoise ce vendredi 10 janvier, a indiqué la préfecture.

Le quartier de Planoise à Besançon a de nouveau été le théâtre d'une fusillade le 10 janvier dans la soirée. Trois personnes ont été blessées par balles, a appris l'AFP auprès de la préfecture, après une série de tirs liés «probablement», selon le parquet, au trafic de drogue. Selon un premier bilan, un jeune homme a été gravement blessé.

«Trois coups de feu ont été tirés dont deux ont touché un individu a priori seul dans la rue peu avant 23h00 à Planoise», a déclaré le procureur de Besançon Étienne Manteaux.

Le jeune homme de 24 «a été touché à la jambe et dans le bas de l'abdomen», son pronostic vital était engagé mais «ne l'est plus», a poursuivi le procureur.

La victime était connue des services de police pour divers délits, dont des affaires de stupéfiants. Il a semble-t-il été pris pour cible par plusieurs agresseurs dans une voiture, qui lui ont tiré dessus «avec une arme de poing et pas une arme de guerre», a encore précisé M.Manteaux.

Tirs à l’arme automatique à Noël

Une trentaine de coups de feu ont été entendus dans la soirée du 25 décembre, au milieu du quartier de Planoise, classé quartier de reconquête républicaine (QRR). Un groupe d’individus a ouvert le feu contre un autre qui a répliqué.

Trois personnes ont été blessées. Deux des victimes sont connues des services de police, liées au trafic de drogue dans le quartier.

Lire aussi:

«Il a tiré quatre balles dans la poitrine d’Asoman»: après qu’on a abattu son chien, elle pense à fuir l’Afghanistan
Un soldat français retrouvé mort au Burkina Faso
Des militaires russes envoyés en Libye? Le Kremlin met les points sur les i
«Scène déchirante»: un chien figé dans de la poix découvert par des enfants en Argentine – images
Tags:
victimes, fusillade, Besançon
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook