France
URL courte
161096
S'abonner

Un individu est soupçonné d’avoir frappé deux femmes âgées de 18 et 22 ans dans les Yvelines après qu’elles ont refusé ses avances. Lors de son interpellation, trois gardiens de la paix ont aussi été blessés.

En pleine journée, deux jeunes femmes ont été victimes de l’agression d’un trentenaire à Mantes-la-Jolie, dans les Yvelines, rapporte Le Parisien.

Cette succession d’attaques a commencé lorsque l’individu s’est approché d’une femme âgée de 22 ans dans une rue près de la gare, le 9 janvier. Il lui a proposé une relation sexuelle mais a essuyé un refus. L’homme a donc giflé la femme de manière violente et à plusieurs reprises. La victime s’est précipitée dans la gare tout en sollicitant une aide.

«Ce sont des claques assez violentes et elle souffre d'hématomes», a fait savoir au Parisien une source proche de l'affaire.

Interpellation mouvementée

Un équipage de gardiens de la paix a pu interpeller l’agresseur de 37 ans qui voulait prendre la fuite, mais non sans difficultés. Pendant l’intervention, trois policiers ont été blessés.

«C'est un type costaud et il ne s'est pas du tout laissé faire», a ajouté la même source. L’homme a été toutefois conduit dans le commissariat.

Presque dans le même temps, une autre jeune femme de 18 ans s’y est rendue pour signaler une agression qui avait eu lieu dans le centre-ville de Mantes-la-Jolie. Elle a affirmé avoir reçu un coup de tête. La description de son agresseur correspondait à celui de l'autre victime.

L’homme, inconnu des services de police jusqu’ici, a démenti les faits. L'expertise psychiatrique n'a pas dévoilé de pathologie. Les enquêteurs s’efforcent toutefois de mieux comprendre le profil de l’individu violent.

Lire aussi:

Covid-19: la deuxième vague, une fiction?
Didier Raoult répond à l’AP-HP qui l’avait accusé de «faux témoignage»
Cet aliment contribuerait au vieillissement des artères et à l’apparition de maladies cardiaques
Macron propose à Philippe une mission en vue de 2022 après sa démission
Tags:
agression, police, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook