France
URL courte
5931
S'abonner

Des gendarmes de Lunéville, en Meurthe-et-Moselle, ont découvert le 15 janvier le cadavre d’un militaire du régiment de transmissions dans une chambre d’un des bâtiments du Quartier Treuille-de-Beaulieu. Une enquête est en cours.

Un militaire du 53e régiment de transmissions a été retrouvé mort mercredi 15 janvier au matin à Lunéville, en Meurthe-et-Moselle, dans une chambre dans l’un des bâtiments du Quartier Treuille-de-Beaulieu, rapporte L’Est républicain.

Selon le quotidien, des gendarmes et une équipe de la cellule d’investigation criminelle ont été dépêchés sur les lieux.

Le média précise qu’il était impossible d’identifier le corps qui a été transféré à Nancy pour autopsie. Il s’agirait d’un ancien sous-officier d’active.

Une enquête a été ouverte pour déterminer les circonstances du drame.

Suicide d’un militaire à Valdahon

Fin novembre 2019, après avoir fini son tour de garde, un militaire de la 7e brigade blindée s’est donné la mort en utilisant son arme de service. La thèse du suicide a été confirmée par l’autopsie. Cet acte, commis dans le quartier militaire de Valdahon, pourrait être lié à des problèmes judiciaires.

Les chiffres de 2019

Le nombre de gendarmes ayant mis fin à leurs jours en 2019 aurait atteint les 17. Pour rappel, les chiffres fournis par le ministère de l’Intérieur font état en 2018 de 33 militaires à être passés à l’acte.

Concernant les policiers, 54 suicides ont été recensés depuis le début de 2019, contre 35 pour 2018.

Lire aussi:

«Certaines dispositions fragilisent notre modèle d'armée»: le projet de réforme des retraites rejeté par des militaires
«C'est galactiquement stupide»: les uniformes de camouflage de l'US Space Force moqués sur le Net
Un important arsenal d’armes de guerre découvert et saisi à Paris
Tags:
enquête, régiment, décès, militaires, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik