France
URL courte
5131
S'abonner

Répondant dans Marianne à Martin Hirsch, directeur général de l'Assistance Publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP), qui face à la crise de l’hôpital avait proposé «d'associer les soignants aux décisions», le porte-parole de l'association des médecins urgentistes a quant à lui pointé du doigt des problèmes financiers.

Christophe Prudhomme, porte-parole de l'association des médecins urgentistes français et syndicaliste a dénoncé le manque de moyens budgétaires investis dans le secteur hospitalier, répondant ainsi aux propos de Martin Hirsch, directeur général de l'Assistance Publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP). Ce dernier avait assuré mercredi 15 janvier, sur France Inter, vouloir «associer davantage les soignants aux décisions», notamment sur les budgets des services. «La meilleure solution» à la crise de l'hôpital, avait-il affirmé.

«Dans l'immédiat, ce dont on a besoin, pour le dire vulgairement, c'est du pognon, tout de suite», a répliqué, dans une interview accordée à Marianne, M. Prudhomme.

«Dans mon service, la porte du garage de l'ambulance du Samu ne fonctionne plus. On ne peut l'ouvrir, et il n'y a pas d'argent pour payer la réparation. Résultat: on perd trois ou quatre minutes à chaque départ. Trois ou quatre minutes, vous imaginez ce que ça fait sur un arrêt cardiaque?», a-t-il poursuivi.

«On a d'abord besoin de moyens, c'est le préalable pour remettre de la démocratie à l'hôpital, ce qui est tout aussi nécessaire. Être associé aux décisions pour gérer la pénurie, ça n'intéresse pas grand monde», a encore indiqué le porte-parole.

Plus de 1.000 médecins prêts à démissionner de leurs fonctions administratives

Plus de 1.000 médecins hospitaliers se sont engagés mardi 14 janvier à démissionner de leurs fonctions administratives si Agnès Buzyn n'ouvrait pas de «réelles» négociations sur le budget de l'hôpital et sur l'augmentation des salaires.

Ils réclament «une revalorisation significative des salaires, en plus des diverses primes annoncées», une rallonge supplémentaire de 600 millions d'euros pour les hôpitaux en 2020 et «une révision profonde» de leur mode de financement et de leur gouvernance.

Ce «correctif budgétaire» a déjà été soutenu par quelque 5.000 professionnels de la santé, signataires d'un texte adressé à la ministre de la Santé et également publié dans Libération.

Lire aussi:

Valéry Giscard d'Estaing mort des suites du Covid-19
Une syndicaliste policière s’en prend en direct au patron de BFM TV, accusant la chaîne de «mensonge»
Télétravail, une bombe à retardement pour la compétitivité économique des entreprises françaises?
Tags:
budget, médecine, urgence, hôpital
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook