France
URL courte
8330
S'abonner

Le 16 janvier à Paris, un journaliste a été mis en examen pour «agressions sexuelles sur mineurs de 15 ans» et pour «détention d’images pédopornographiques». Le jour même, il a été placé en détention provisoire. Il s’agit d’un quadragénaire employé par France 24 et qui collaborait en outre avec plusieurs autres chaînes de télévision.

Mardi 14 janvier, la Brigade de protection des mineurs (BPM) de la police judiciaire parisienne a interpellé à son domicile un homme de 40 ans recherché depuis le 4 décembre, relate LCI.

L’interpellation de ce journaliste qui commentait l’actualité footballistique pour différentes chaînes de télévision est liée à des agressions sexuelles commises sur des jeunes garçons.

Recherché depuis début décembre

L'homme aurait agressé sexuellement un adolescent de 13 ans le 4 décembre dernier, dans le VII arrondissement de Paris, après l'avoir abordé à vélo et s'être fait passer pour un agent de mannequins à la recherche de nouveaux visages pour de futures campagnes publicitaires.

Pour convaincre sa jeune victime d’enlever peu à peu ses vêtements, il lui promettait un maillot de football.

Une voiture de police en flammes.
© AFP 2020 ZAKARIA ABDELKAFI Une voiture de police en flammes.
Une plainte a été déposée, selon LCI, qui évoque le mode opératoire presque similaire auquel le journaliste aurait recouru en août dernier, sur un jeune homme du même âge mais dans le XVIIe arrondissement.

L’intéressé serait passé aux aveux

Lors de sa garde à vue, l'intéressé aurait avoué les faits. Des fichiers pédopornographiques ont été retrouvés à son domicile lors d'une perquisition menée il y a quelques jours. LCI affirme également que l'homme a effectué des recherches concernant des destinations de tourisme sexuel.

Mise en examen et incarcération

Le 16 janvier, il a été mis en examen par un juge d’instruction parisien pour «agressions sexuelles sur mineurs de 15 ans» et «détention d’images pédopornographiques» puis placé en détention provisoire.

La chaîne France 24, qui employait ce journaliste en CDI, a indiqué au Parisien vendredi soir l'avoir mis à pied à titre conservatoire.

Lire aussi:

Il aurait cambriolé au moins 42 logements en utilisant cette technique particulière
Selon le Pr. Raoult, «le Lancet demande des comptes aux auteurs» de l’étude publiée
Défaut de paiement, un «désastre à grande échelle» à venir aux États-Unis
Alger rappelle «immédiatement» son ambassadeur à Paris après les documentaires sur le Hirak
Tags:
agressions sexuelles, journalistes, Paris
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook