France
URL courte
114010
S'abonner

Le parquet de Rouen a saisi l’IGPN, la police des polices, après qu’une plainte a été déposée au commissariat de Rouen par un policier noir ayant découvert des messages à caractère raciste que ses collègues s’envoyaient.

Les faits remontent au mois de décembre: un agent de police de couleur a déposé plainte contre plusieurs de ses collègues de l’Unité d’assistance administrative et judiciaire (UAAJ), après avoir découvert des messages à caractère raciste et xénophobe qui le concernaient. L’Inspection générale de la police nationale (IGPN) a été saisie jeudi 16 janvier, et une enquête administrative a été ouverte sur demande du commissaire, a rapporté le quotidien Paris-Normandie.

Les gardiens de la paix en fonction au palais de justice de Rouen tenaient une conversation sur WhatsApp dans laquelle ils se laissaient aller à de nombreuses insultes envers leur collègue noir, mais aussi contre des prévenus et accusés en attente devant le tribunal correctionnel ou la cour d’assises. Des magistrats ont également eu droit à leur lot de qualificatifs grossiers.

Le commissaire et directeur départemental adjoint de la Sécurité publique, Éric Maudier, a assuré à Paris-Normandie qu’une enquête administrative avait été déclenchée aussitôt qu’il avait eu connaissance des faits. Les policiers concernés ont fait l’objet d’une convocation pour manquement au code de déontologie. Certains se sont défendus en assurant qu’il ne s’agissait que d’humour.

«Dans ce dossier, nous avons affaire à des individus "bas-de-plafond”, indiscutablement racistes, qui n’ont pas leur place chez nous», a confié une source policière de haut rang au quotidien régional. «C’est déjà compliqué en ce moment. Nous sommes accusés à tort de tous les maux, de violences... Avec ce type d’abrutis, cela ne va pas arranger les choses», a-t-il déploré.

L’IGPN saisie

Le procureur de la République de Rouen, Pascal Prache, a saisi l’IGPN, qui est désormais en charge du dossier sur le plan pénal. Les fonctionnaires liés à cette affaire passeront devant le conseil de discipline et risquent leur place. L’agent qui avait porté plainte a été transféré, à sa demande, dans un autre service.

Lire aussi:

Il vient de braquer un McDonald’s mais ne s’attendait pas à tomber sur ce genre de clients
Les États-Unis accusent la Russie de désinformation sur le coronavirus, Moscou réagit
Un chien protège un garçon de trois ans perdu dans les bois
Tags:
enquête, plainte, racisme, Rouen, Inspection générale de la police nationale (IGPN), police
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook