France
URL courte
447
S'abonner

Au cours des huit dernières années, quatre personnes sont devenues millionnaires avec des tickets validés dans un même tabac situé dans les Alpes-Maritimes. Le dernier gagnant en date est reparti avec un million d’euros le 31 décembre dernier en jouant à My Million.

Le tabac La Tabagie qui se trouve dans la galerie d’Auchan à La Trinité, dans les Alpes-Maritimes, est considéré comme un établissement porte-bonheur. Et ce n’est pas surprenant: depuis 2012, quatre personnes ont remporté au total 18 millions d’euros en y validant leurs tickets de jeux d'argent.

«Ça devient une habitude… Oui, c’est bien chez nous qu’il faut venir jouer, si vous voulez gagner», indique à Nice-Matin son patron.

Le dernier heureux gagnant, qui préfère rester anonyme, a remporté un million d’euros le 31 décembre dernier à My Million.

«Je joue ici, car je sais que cela a porté chance à plusieurs joueurs», a-t-il dit, cité par la Française des Jeux.

169 millions à Euromillions dans la même ville

Une employée du tabac confirme ces informations.

«On a des gens qui viennent jouer ici exprès! On a même des Italiens qui, ponctuellement, viennent valider leur ticket chez nous juste parce qu’ils disent que ça leur portera chance…».

Trois autres personnes ont eu de la chance dans ce tabac. Deux d’entre elles avaient remporté un million d’euros chacune en juin 2016 et mars 2018, et la troisième a décroché 15 millions d’euros en mars 2012.

Un cinquième gagnant a remporté 169 millions à Euromillions dans cette même ville mais dans un autre tabac, le Trinitaire, en décembre 2012. Il s’agit du plus gros gain jamais obtenu en France à ce jeu.

Lire aussi:

Six touristes français tués dimanche au Niger par des hommes armés
Où est passé le navire ayant apporté le nitrate d’ammonium à Beyrouth?
L'explosion à Beyrouth a engendré un cratère de 43 mètres de profondeur - images
Élections présidentielles en Biélorussie: les premières estimations tombent
Tags:
tabac, argent, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook