France
URL courte
353297
S'abonner

En Seine-Saint-Denis, une infirmière a tué une patiente en lui injectant par erreur du chlorure de potassium, un produit qui peut provoquer la mort.

La visite d’une infirmière à domicile s’est terminée en drame à Neuilly-sur-Marne (Seine-Saint-Denis).

Le 30 janvier, celle-ci est arrivée pour faire une injection intraveineuse à sa patiente atteinte d’un cancer. Cependant, peu après la piqûre, elle a été prise de vomissement puis victime d’un arrêt cardio-respiratoire, selon Actu17.

Les sapeurs-pompiers et le SAMU ont été appelés sur les lieux, mais leurs tentatives pour réanimer la femme ont échoué. Cette dernière a été déclarée morte.

Du chlorure de potassium injecté

Entendue au commissariat, l’infirmière a reconnu avoir injecté par erreur le mauvais produit, soit du chlorure de potassium. Le surdosage de cette solution hypertonique est capable d’entraîner la mort, selon le site de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

Ce produit est souvent donné aux patients carencés, il est également ajouté à des poches d’hydratation destinées à être perfusées.

Une enquête pour homicide involontaire a été ouverte, étant par ailleurs censée établir s’il s’agit d’un accident.

Des cas récurrents

En 2012, à Saint-Malo, le chlorure de potassium avait déjà été à l’origine du décès d’un enfant de deux ans. L’erreur a coûté au pédiatre six mois de prison avec sursis trois ans plus tard.

Le produit figure également dans l’affaire de l’anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, soupçonné d’avoir empoisonné 24 patients, dont neufs sont morts. Il est placé sous contrôle judiciaire.

Lire aussi:

«Je commence à vraiment comprendre les Français»: agacé, Laurent Delahousse recadre Schiappa et Faure - vidéo
La Chine annonce la découverte de deux gigantesques gisements de pétrole et de gaz
Deux immeubles s’effondrent à Bordeaux, trois blessés dont un grave
Jordan Bardella publie une photo polémique d’une assesseure voilée en Seine-Saint-Denis
Tags:
piqûre, cancer, infirmière
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook