France
URL courte
16270
S'abonner

Des affrontements entre CRS et pompiers, entraînant des jets de grenades lacrymogènes, se sont déroulés le mardi 28 janvier à proximité de deux écoles. Des élus ont adressé un courrier au préfet de police de Paris, Didier Lallement, pour lui demander des explications.

Lundi 3 février, des élus de la capitale ont adressé un courrier au préfet de police de Paris, Didier Lallement, pour qu’il donne des explications sur des faits qui se sont déroulés une semaine plus tôt, rapporte Le Monde. Le 28 janvier, des CRS et des pompiers se sont affrontés vers 16h30 dans le jardin Debergue-Rendez-vous, dans le XIIe arrondissement. Les forces de l’ordre avaient lancé des grenades lacrymogènes alors qu’ils se trouvaient à proximité de l’école primaire et de la maternelle Marsoulan.

«Ces affrontements spectaculaires auraient pu directement impacter les élèves, alors que certains ont pu en être spectateurs à la sortie de l’école», ont écrit Patrick Bloche, adjoint à la maire de Paris, Colombe Brossel, adjointe chargée de la sécurité, et Catherine Baratti-Elbaz, la maire du XIIe arrondissement.

Ceux-ci déplorent que la préfecture de police n’ait pas adressé de réquisition à la Ville pour la manifestation des pompiers, ce qui les a empêchés de sécuriser le parcours.

Des restes de grenades retrouvés tout près des écoles

Au lendemain des faits, les traces des affrontements étaient encore bien présentes dans le square avoisinant la cour des deux écoles. Des grenades lacrymogènes MP7 et CM6 y avaient été lancées à 16h30, soit l’heure de sortie des écoles, affirme Aline Leclerc, journaliste au Monde.

Les parents indignés

«Il aurait fallu se soucier de la sécurité des enfants en priorité!», s’est exclamé Olivier Ritz, responsable de la Fédération des conseils de parents d’élèves (FPCE) dans les écoles Marsoulan.

«Quand je suis arrivé à 16h30 pour récupérer mon fils qui est au CP, j’ai vu des groupes de pompiers qui sortaient du cortège et des CRS qui leur donnaient la chasse […].Vous imaginez l’air qui pique et un enfant de sept ans qui a vu ça, quelle image il retient de ces policiers qui font usage de leur arme contre des pompiers?», s’est-il indigné.

Selon un autre parent interrogé par Le Monde, aucune consigne n’avait été donnée aux enfants concernant la manifestation qui se déroulait à quelques mètres de l’établissement.

La préfecture affirme ne pas être responsable de ces incidents

Contactée par le quotidien, la préfecture de police a rejeté la faute sur les manifestants, qui seraient passés par ce square en cherchant à contourner le dispositif mis en place par les forces de l’ordre. Le préfet de police Didier Lallement n’a présenté aucune excuse et n’a pas fourni davantage d’explications, selon Nicolas Bonnet Oulaldj, conseiller du XIIe arrondissement. «On parle de maintien de l’ordre? Mais c’est tout le contraire, on ne maintient pas l’ordre, on disperse les incidents dans tout le quartier!», a-t-il déploré.

Lire aussi:

Voici la nouvelle attestation de déplacement à télécharger - photo
La façade de la Banque de France en feu à Paris, les tensions se poursuivent - vidéos
Projectiles, véhicules incendiés, gaz lacrymogène: la manifestation contre la loi Sécurité globale dégénère à Paris
L'hommage de Macron à Maradona indigne le Venezuela qui le tacle sur les Gilets jaunes
Tags:
pompiers, parents, école, grenades lacrymogènes, Préfecture de police de Paris, Didier Lallement
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook