France
URL courte
3514115
S'abonner

Une dispute ayant éclaté entre quatre copines sur les réseaux sociaux aurait dégénéré fin janvier en une tentative d’assassinat dans le RER à Villeneuve-Saint-Georges, selon Le Parisien. Une mère de famille a été ainsi poignardée à plusieurs reprises, les trois autres femmes ont été mises en examen et écrouées.

Une femme d’origine congolaise a été poignardée le 31 janvier dans le RER à Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne), rapporte Le Parisien. Deux semaines après les faits, ses trois copines suspectées de l’agression ont été placées en détention provisoire pour tentative d’assassinat, toujours selon le quotidien citant des sources concordantes.

Les enquêteurs de la Brigade des réseaux franciliens estiment que les trois femmes auraient tendu à leur victime un guet-apens sanglant dans le RER. Cette dernière, hospitalisée, présentait de nombreuses plaies à l’arme blanche, dont certaines auraient pu être létales. Les coups auraient été portés avant de sortir de la rame de RER, la jeune femme s’est alors effondrée sur le quai, ce qui est visible sur des séquences qui ne montrent toutefois pas le début du drame.

Origines de l’agression

Le différend initial se baserait sur un motif dérisoire, portant sur un petit-déjeuner que l’enfant de la victime ne voulait pas prendre chez elle. En outre, comme le précise le Parisien, la victime a été connue au Congo pour ses vidéos sur les tenues vestimentaires.

«Elle faisait des directs. Le principe, c'est de se filmer en train de s'embrouiller avec quelqu'un et de mettre ça en ligne. C'est la grande mode au Congo. J'ai surpris ma nièce il n'y a pas longtemps et je lui ai remonté les bretelles», a expliqué une mère de famille congolaise interrogée par Le Parisien.

Menaces de mort

Ayant reconnu leur présence à la gare RER de Villeneuve-Saint-Georges le jour de l’attaque, les suspectes nient avoir porté des coups de couteau à leur victime.

Entre-temps, l'une des agresseuses avait annoncé sur les réseaux sociaux avoir «découpé» la victime. Sur une des vidéos, des femmes auraient paradé avec des effets personnels dérobés à la victime. L’une d’elles aurait également encouragé le public à se rendre à l’hôpital afin de «couper les tuyaux» de la femme agressée pour qu’elle décède, indique Actu17.

Lire aussi:

Carte vitale: quand la sécu fait disparaître les fraudeurs
«Il a tiré quatre balles dans la poitrine d’Asoman»: après qu’on a abattu son chien, elle pense à fuir l’Afghanistan
Benjamin Griveaux aurait dialogué et envoyé des vidéos à l'actuelle compagne du Russe Pavlenski
Tags:
France, agression, femmes, RER
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook