France
URL courte
6319
S'abonner

Une centaine de militants écologistes a bloqué l’accès à l’aéroport de Chambéry, en interdisant de fait l’entrée aux voitures, rapporte ce matin la presse locale. Les manifestants réclament la fermeture de l’infrastructure, afin de réduire la pollution dans la région.

Une centaine de militants issus de trois associations -Extinction Rebellion, Attac et Les amis de la Terre-se sont réunis pour bloquer l’accès à l’aéroport de Chambéry ce samedi 15 février. Leur action a été relayée sur les réseaux sociaux.

Les manifestants réclamaient la réduction du trafic aérien, la taxation du kérosène, et à terme la fermeture de l’aéroport, explique France Bleu.

«Nous exigeons la mise en cohérence immédiate des décisions politiques et actes avec nos objectifs de neutralité carbone à l’horizon 2025 et de justice sociale» précisait le groupe Exinction Rebellion sur Twitter. 

Plusieurs kilomètres de bouchons

Des manifestants ont bloqué l’accès principal des véhicules, en s’asseyant sur l’asphalte ou en empilant des skis sur le sol. Un blocage qui a eu pour conséquence de créer plusieurs kilomètres de bouchons, forçant les autorités à mettre en place une déviation, selon Le Dauphiné Libéré.

La Préfecture a cependant indiqué que cette manifestation n’avait eu aucun impact sur les vols.

Délogés par les gendarmes

Après s’être enchaînés les uns aux autres à l’entrée de l’aéroport, les manifestants ont finalement été délogés par les forces de l’ordre, qui ont procédé au contrôle d’identité de tous les militants présents, rapporte encore Le Dauphiné. Le blocage a été définitivement levé vers 15h.

 

Lire aussi:

Moscou appelle à «ne pas jouer avec le feu» après l'adoption de nouvelles sanctions US
La Chine alerte sur un possible krach des marchés occidentaux: «Il faut être très vigilant»
Passeport vaccinal: l’UE avance, la France n’y coupera pas
Tags:
ATTAC France, Extinction Rebellion, aéroport, écologie, protection de l'environnement
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook