France
URL courte
10292
S'abonner

La Russie va engager un dialogue avec la France concernant un moratoire sur le déploiement de missiles à courte et moyenne portée en Europe, a annoncé le chef de la diplomatie russe. L’Hexagone est le seul pays qui a réagi pour l’instant aux tentatives de Moscou de ne pas laisser échapper ces armements à tout contrôle.

La Russie s’est déclarée prête pour dialoguer avec la France concernant un moratoire sur le déploiement des missiles à courte et moyenne portée en Europe, a indiqué lundi 17 février le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, à l’issue de sa participation à la Conférence de Munich sur la sécurité.

«Ainsi, aucun des destinataires du Président Poutine, à l'exception du Président Macron, n'a attiré l'attention sur le fait que dans son message, qui proposait un moratoire mutuel, il [Vladimir Poutine, ndlr] s'est déclaré prêt à discuter des mesures de vérification possibles pour ce moratoire mutuel. Et Macron y a prêté attention et a dit qu'il était intéressé par ce genre de dialogue. Nous allons bien sûr discuter avec les Français de ces sujets», a-t-il déclaré.

Le ministre a également rappelé qu’après le retrait unilatéral de Washington du Traité FNI, Poutine avait envoyé des messages détaillés à tous les dirigeants occidentaux, dans lesquels il décrivait les évaluations russes de cette situation et exhortait à ne pas laisser disparaître les accords sur cette catégorie d'armes nucléaires.

Une volonté déjà exprimée par la France

Dimanche 22 décembre, Sergueï Lavrov avait déjà attiré l’attention sur le fait que Moscou n’avait toujours pas reçu de réponse de la part de plus d’une cinquantaine de chefs d’État et de gouvernement, à part de la France, sur un moratoire et l’élaboration conjointe de mesures de vérification.

«Personne n’a répondu, sauf le Président français Macron qui a réaffirmé sa position selon laquelle il voyait aussi des problèmes de notre côté, mais s’est toutefois déclaré prêt au dialogue. Aucun des autres membres de l’Otan n’a réagi à cette lettre», avait constaté Lavrov.

Disparition du Traité FNI

La Russie a suspendu sa participation au Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI) en réponse à sa rupture unilatérale par les États-Unis le 2 août 2019, lesquels ont accusé Moscou, sans preuve, de sa violation.

Signé en 1987, le Traité FNI avait notamment pour but de démanteler les missiles à portée intermédiaire (de 500 à 5.500 kilomètres) des États-Unis et de l'URSS.

Donald Trump s’est déclaré prêt à signer un nouveau traité avec la Russie à condition que la Chine soit elle aussi inclue.

Moscou s’est aussi déclaré prêt à prolonger le Traité de réduction des armes stratégiques nucléaires New Start avec les États-Unis avant la fin de l’année, car il s’agit du dernier traité de contrôle toujours en vigueur.

Lire aussi:

Il traite ses copains de «fils de porcs» dans le 93, sa mère refuse de s'excuser auprès de l'enseignant et l'insulte
Erdogan appelle Macron à subir un «examen de santé mentale» vu son avis sur les musulmans de France
Un important incendie au Havre, une épaisse fumée est visible à des kilomètres - vidéos
Tags:
Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI), Europe, Russie, France, Sergueï Lavrov
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook