France
URL courte
12535
S'abonner

Jean Messiha envisage de porter plainte contre le président de l’association SOS Racisme qui a soutenu une moquerie de l'humoriste controversé Yassine Belattar. Ce dernier avait comparé le cadre du RN à «une tête de chameau». Plutôt que de défendre la victime, Dominique Sopo a prolongé la plaisanterie douteuse…

Un échange numérique qui a commencé avec le controversé Yassine Belattar ayant traité le cadre du Rassemblement national (RN) Jean Messiha «de chameau», risque de déboucher sur une procédure judiciaire: en cause, essentiellement, la position adoptée par Dominique Sopo, président de SOS Racisme.

Tout a commencé sur Instagram après que Yassine Belattar a comparé Jean Messiha, membre du bureau national du RN, de nationalité française mais né au Caire, en Égypte, à un chameau. En outre, plus tard dans son tweet (supprimé depuis par Twitter) il a ajouté: «J'ai parlé au zoo de Thoiry, ils sont ok pour que tu fasses ton prochain meeting avec ta tête...».

​En réponse, Jean Messiha a appelé les deux organisations de lutte contre le racisme, SOS Racisme et la Licra, à le soutenir.

​La Licra a préféré rester à l’écart de cette «controverse planétaire».

​A contrario, le président de SOS Racisme Dominique Sopo a pris part à ce débat, mais au lieu de soutenir Jean Messiha, il a prolongé la moquerie de Yassine Belattar:

​Messiha menace de porter plainte

Indigné, Jean Messiha a indiqué dans un autre tweet qu’il comptait porter plainte contre le président de SOS Racisme et a appelé ses abonnés à «signaler massivement» le tweet de Dominique Sopo pour suspendre son compte.

Il a été également rejoint par Marine Le Pen. «Voilà la réalité des organisations soi-disant antiracistes: une escroquerie qui dure depuis des années, lourdement subventionnée par l'argent public», a affirmé sur Twitter la président du parti, dénonçant des «pompes à fric contraires à nos valeurs républicaines».

Lire aussi:

Un Boeing 737 se disloque lors de l'atterrissage en Inde, 20 morts et plus de 100 blessés - images
Le Président Aoun évoque l'hypothèse d'un «missile» ou d'une «bombe» dans la double explosion à Beyrouth
Entre théories du complot et déclarations officielles, quel est l’élément déclencheur des explosions à Beyrouth?
Tags:
SOS Racisme, Marine Le Pen, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook