France
URL courte
24355
S'abonner

Empêtré dans l’affaire LSK, du nom de la société qu’il avait fondée en compagnie d’un homme d’affaires, Dominique Strauss-Kahn a placé près de 21 millions d’euros dans un paradis fiscal, rapporte l’hebdomadaire L’Obs ce mardi.

Entendu sous le statut de témoin assisté dans l’affaire de la faillite de sa société LSK (anciennement Parnasse International), Dominique Strauss-Kahn a gagné plus de 21 millions d'euros entre 2013 et 2018, selon L’Obs. L’ancien patron du Fonds monétaire international n’a pas payé d’impôt sur ces bénéfices, sa société étant installée dans la zone franche de Casablanca, considérée comme un paradis fiscal.

L’hebdomadaire précise encore que DSK était «l’unique actionnaire et le seul employé de son entreprise», ce qui lui a permis de «se redistribuer des dividendes, comparables aux salaires versés aux plus grands PDG».

Une société qui laisse 100 millions de dette

La société que Dominique Strauss-Kahn avait fondée en compagnie de l’homme d’affaires Thierry Leyne accusait pourtant un passif de 100 millions d’euros au moment de sa liquidation. Parmi ses clients, on retrouvait des noms prestigieux comme le géant pétrolier russe Rosneft, précise encore l’hebdomadaire. Plus de 150 de ces clients auraient perdu leurs avoirs au moment de la liquidation de l’entreprise. Le suicide de Thierry Leyne, retrouvé mort en bas d’une tour de Tel Aviv, avait fait éclater l’affaire au grand jour en 2014.

Face aux juges, DSK a jusque-là choisi de plaider l’incompétence et l’inconséquence:

«J’avais très peu connaissance des activités de l’entreprise, ma compétence, c’est celle d’un économiste spécialiste en macroéconomie», avait-il déclaré devant la juge d’instruction Charlotte Bilger en juillet 2019.

Lire aussi:

La Russie a élaboré un schéma de traitement en cas de forme grave du Covid-19
Didier Raoult: «Il faut que l’exécutif se garde de faire de la médecine à notre place»
Covid-19, en continu: l'UE fait face «à sa plus grande mise à l'épreuve» de son histoire, selon Merkel
Le traçage numérique pour combattre la pandémie «sera soutenu par les Français», estime Castaner - vidéo
Tags:
paradis fiscal, Rosneft, Dominique Strauss-Kahn
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook