France
URL courte
25566
S'abonner

Alors que l’épidémie du nouveau coronavirus affiche un bilan approchant les 90.000 cas dans le monde dont 130 en France, Agnès Buzyn a estimé dans une interview à BFM TV que les Parisiens allaient changer leur manière de se saluer. Selon elle, «ils se taperont le coude ou le pied» au lieu de «se serrer la main».

Invitée le 1er mars sur BFM TV, l’ancienne ministre de la Santé et candidate aux municipales à Paris Agnès Buzyn a estimé que les habitants de Paris allaient «changer leurs habitudes et ne plus se serrer la main» à cause du coronavirus.

​«Dans la semaine qui vient, des habitudes vont être prises. Je pense qu’à la fin de la semaine les Parisiennes et les Parisiens auront pris l’habitude de ne plus se serrer la main, de se taper le coude ou de se taper le pied, et de se sourire», a-t-elle indiqué, sourire aux lèvres.

Dans la foulée du nouveau ministre de la Santé, Olivier Véran, qui «recommande désormais, et pour une période qui reste à déterminer, d'éviter la poignée de mains», la candidate LREM a ajouté qu’elle cherchait à éviter autant que possible de saisir les mains tendues.

Intensification de l’épidémie

L'épidémie de coronavirus Covid-19 ne cesse de se propager à travers le monde. Dimanche 1er mars, le bilan faisait état de 87.024 personnes contaminées par le virus, dont 130 cas confirmés en France depuis fin janvier. Le nouveau coronavirus a touché 12 régions en France, dont trois comptabilise plus de 10 cas: l'Île-de-France, l'Auvergne Rhône-Alpes et les Hauts-de-France.

Pour freiner la propagation du virus, le gouvernement a annoncé samedi 29 février de nouvelles mesures. Parmi elles, l'annulation de tous les rassemblements de plus de 5.000 personnes en milieu confiné et la fermeture des écoles dans certaines villes de l'Oise et de Haute-Savoie.

Lire aussi:

«Tu hors de ma vue»: Mélenchon tacle Macron sur TikTok en reprenant une chanson en vogue - vidéo
Renaud sort une chanson surprise où il défend le Pr Raoult - vidéo
Gérald Darmanin réagit à la plainte pour viol qui le vise
Tags:
France, Paris, Agnès Buzyn, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook