France
URL courte
427910
S'abonner

Suite à la 45 édition de la cérémonie des César qui s’est tenue vendredi 28 février et a suscité de nombreuses polémiques, Éric Zemmour est revenu sur CNews sur cette soirée mouvementée pour fustiger le «deux poids deux mesures» des féministes.

Éric Zemmour a dénoncé lundi 2 mars dans Face à l’info sur CNews le «deux poids deux mesures» des féministes en réaction à la 45e cérémonie des César mouvementée qui s'est tenue vendredi 28 février.

Il s’en est d’abord pris à Aïssa Maïga, actrice d’origine sénégalaise, qui au moment de remettre le prix d’interprétation féminine a prononcé un plaidoyer pour plus de diversité dans le cinéma français, expliquant notamment qu’elle «ne pouvait pas s’empêcher de compter le nombre de Noirs dans la salle».

«Donc dans l'équipe de France de foot, on va compter les Blancs? Ça va être intéressant!», s’est interrogé M.Zemmour pour qui la déclaration de l’actrice résulte du «nouveau politiquement correct, c’est-à-dire, féministe et décolonial».

«Ces gens-là donnent des leçons d’antiracisme, mais ce sont des racistes», a-t-il pointé.

Ladj Ly, «là les féministes ne disent rien»

En outre, l’éditorialiste a reproché aux féministes de «se focaliser sur Polanski», mais de «ne rien dire sur le metteur en scène des Misérables [Ladj Ly, récompensé du César du meilleur film, ndlr] qui a lui aussi un passé pénal».

​«Lui aussi il a fait de la prison, lui aussi il a été condamné. Là, les féministes ne disent rien. C’est magnifique!», a-t-il lancé.
Et de poursuivre: «Polanski est un homme blanc de plus de 50 ans, alors que l’autre est noir et vient du Mali. Les féministes raisonnent comme ça».
«Les féministes quand il y a eu les affaires du viol de Cologne, elles n’ont pas dit un mot. Quand il y a eu une petite Mila qui s’est faite insulter, qui s’est faite menacer de mort, elles n’ont pas dit un mot», a-t-il renchéri avant de conclure: «Il y a deux poids deux mesures. Quand c’est un homme blanc, c’est un salaud et elles se jettent dessus. Quand il est arabe ou noir, c’est un saint quoiqu’il fasse».

Le metteur en scène condamné

Ladj Ly a été condamné à trois ans de prison pour «enlèvement et séquestration». Une affaire dans laquelle il a toujours clamé son innocence. Après des articles affirmant à tort qu'il avait été condamné pour «complicité de tentative de meurtre», publiés au lendemain de l'annonce de sa pré-nomination aux Oscars, il a porté plainte contre les magazines Valeurs actuelles et Causeur.

Lire aussi:

«Une catastrophe pour la France»: un chef des urgences évoque un possible reconfinement
Plusieurs explosions entendues à Minsk
Un couple de sexagénaires agresse une caissière qui leur demande de porter un masque dans les Vosges
La police marocaine attaquée en tentant d’arrêter un trafiquant présumé, 20 kg d’or saisis - photos
Tags:
organisation féministe, Eric Zemmour, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook