France
URL courte
Propagation du coronavirus en France (341)
161438
S'abonner

Alors que l’épidémie du Covid-19 touche la France depuis plusieurs semaines, infectant plus de 1.400 personnes, nombreux sont ceux à prendre d’assaut les rayons des supermarchés pour faire leurs provisions. La secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances a déclaré qu’«il n’y a pas de risque de rupture d’approvisionnement».

Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, a annoncé dans l’émission La Matinale sur CNEWS qu’«il n’y a pas de risque de rupture d’approvisionnement» dans les supermarchés français lors de l’épidémie du coronavirus qui sévit dans le monde.

«Le risque de rupture d’approvisionnement, il n’existe pas», a assuré Mme Pannier-Runacher.

Record des «achats de panique» en France

Alors que le nombre de personnes contaminées par le coronavirus a dépassé les 1.400 en France, certains Français se précipitent dans les supermarchés pour faire leurs provisions. Sur la semaine du 24 février, une hausse des ventes de 6,2% en valeur et de 5,4% en volume a été enregistrée dans la distribution alimentaire par rapport à la même semaine l'année dernière.

«Les produits de grande consommation ont connu l'une de leurs meilleures semaines des dernières années», commente l'institut Nielsen, auteur de cette analyse.

La situation pour les médicaments

Pourtant, l’Agence européenne du médicament (EMA) indique ce mardi 10 mars que des problèmes de pénuries ou d’approvisionnement en médicaments «ne peuvent pas être exclus» à mesure que l'épidémie provoquée par le coronavirus s'étend. Dans le même temps, l’EMA précise qu'à ce stade, aucun problème n'a été signalé.

Un bond des achats en Belgique

En Belgique, l’Institut Nielsen a constaté un bond des achats en supermarché la semaine du 24 février, par rapport à la même période l’an dernier, notamment concernant le riz (+40%), les flocons de pommes de terre (+32%), les pâtes (+28%), mais aussi le papier toilette. En outre, une augmentation de 12,9% pour les aliments en conserve, de 11,1% pour les plats préparés, de 5,1% pour l’eau en bouteilles, de 4,7% pour les boissons énergisantes, de 1,9% pour le café et de 1,7% pour les surgelés a été observée.

«Comme en temps de guerre»

Les Italiens se précipitent dans les supermarchés pour faire des stocks suite à l’annonce de la mise en quarantaine de leur pays pour endiguer le coronavirus. Un vendeur interrogé par l’agence de presse Ansa a souligné que les pommes de terre, les biscottes, le lait, le sucre, la farine, mais aussi les savons et les désinfectants partaient en premier des rayonnages, comme en temps de guerre.

L’épidémie sévit en Europe

Le Covid-19, détecté en décembre dernier en Chine, a été diagnostiqué chez plus de 114.500 personnes dans des dizaines de pays, dont tous les pays de l’UE, où l’Italie arrive pour le moment en tête avec plus de 7.000 cas de contamination. Plusieurs décès y ont été constatés.

Dossier:
Propagation du coronavirus en France (341)

Lire aussi:

Une pétition appelle à recenser les policiers auteurs de violences intrafamiliales – exclusif
Grève des sapeurs-pompiers: «Nous préférons attendre d’avoir des certitudes sur les vaccins»
Face au «chantage» gouvernemental, ils préfèrent acheter un faux-vrai pass sanitaire par principe - témoignages
Après avoir grimé Macron en Hitler, l’afficheur polémique varois récidive avec une autre caricature
Tags:
France, Italie, Covid-19, ministère français de l'Économie et des Finances
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook