France
URL courte
Par
362415
S'abonner

Entre le 12 mars, quand Emmanuel Macron a décidé de maintenir les élections municipales, et le jour du scrutin, la situation sanitaire du pays s’est brusquement dégradée. Alors que la France fait face à des mesures de confinement inédites, c’est la légitimité même du scrutin qui se trouve menacée du fait d’une abstention record.

Ces élections municipales resteront dans les annales. Le premier tour a eu lieu en pleine épidémie de coronavirus et au lendemain de la décision inédite de fermer les lieux «inutiles», selon le terme d’Emmanuel Macron –d’après l’arrêté du 14 mars, ceux «recevant du public non indispensables à la vie du pays». Rideaux de fer baissés, terrasses fermées: un choc pour la population auquel se sont ajoutés le passage au stade 3 de l’épidémie, et l’annonce de quelque 5.400 cas de contamination et 120 morts au 15 mars.

Aussi, dans cette situation inédite de crise sanitaire, l’abstention a-t-elle atteint des niveaux records ce 15 mars. Selon les premiers sondages à la sortie des urnes, entre 53,5 et 56% des électeurs inscrits sur les listes ne se sont pas rendus dans les bureaux de vote. C’est jusqu’à  20 points de plus qu’en 2014 où l’abstention avait été de 36,45%.

L’avis du conseil scientifique, mis en place par le ministre de la Santé Olivier Véran, selon lequel il était possible d’aller voter sans risque d’être contaminé n’y a rien fait. Une fraction plus importante que jamais des électeurs a préféré rester à la maison. Entre deux injonctions contradictoires des autorités, de nombreux électeurs ont opté pour la «distanciation sociale» plutôt que pour le devoir citoyen. Dans l'Oise, l'un des premiers foyers de contamination en France, ainsi que dans le département du Nord et dans les Bouches-du-Rhône, la participation est en chute libre.

Fallait-il maintenir le vote malgré l’épidémie?

Le 12 mars dernier, lors de son allocution télévisée, Emmanuel Macron décidait de maintenir les élections, malgré des débats intenses dans l’entourage du Président et parmi ses conseillers. Le doute a même persisté, croit savoir Le Monde, jusqu’à la veille du scrutin. «Une bataille de Titans» aurait eu lieu dans les coulisses de l’Élysée, selon un «habitué» de la présidence, selon le quotidien du soir. Mais devant le public, le gouvernement affiche son unité.

À l’approche du vote, le Premier ministre avait réaffirmé sa «conviction» que les élections pourraient se tenir dans de bonnes conditions de sécurité même si en même temps, selon lui, l’épidémie risquait probablement de progresser.

Sur un ton un peu plus ferme, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner avait écarté l’éventualité d’un manque d’assesseurs auprès des urnes. «Le maire a un pouvoir d’injonction sur les conseillers municipaux», a-t-il rappelé la veille du scrutin. Et de poursuivre:

«En cas de constat de carence, le maire peut se tourner vers le préfet qui peut contraindre un certain nombre de personnes à tenir les bureaux de vote.»

Le gouvernement n’a toutefois pas réussi à désamorcer toutes les critiques. Les présidents de six régions, parmi lesquels Xavier Bertrand, Valérie Pécresse et Hervé Morin, avaient ainsi appelé à un report des élections, invoquant des raisons sanitaires. «Il était légitime de maintenir le souffle démocratique de notre Nation! Mais ce soir, face aux faits, il devient raisonnable, cohérent et même nécessaire de reporter le scrutin municipal», a déploré le Républicain Renaud Muselier, président de l’association des régions de France. Et l’élu d’exhorter à reporter les élections après que l’épidémie sera «vaincue collectivement».

La présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse a pour sa part pointé l’«incompréhension totale du pays».

«Comment maintenir le vote aux élections municipales? Je demande au gouvernement de prendre ses responsabilités et de protéger les Français», a-t-elle réclamé.

Certains élus s’inquiètent également de la légitimité même du scrutin. «Les dernières annonces de Philippe font peser un risque sur la participation et donc sur la sincérité du scrutin», a déploré Julien Bayou, secrétaire national d'Europe écologie les verts (EELV).

Un second tour toujours sous la menace du Covid-19

De fait, si la crise du coronavirus est désormais au premier rang des inquiétudes des Français, elle ne saurait faire complètement oublier le climat de contestation sociale et la crise profonde de confiance dans la classe politique. Après une élection présidentielle de 2017 entachée par un second tour où les électeurs furent sommés de faire barrage à Marine Le Pen et au Front national, la remise en cause de la légitimité des municipales ne ferait qu’alimenter la défiance.

Et c’est sans compter l’hypothèse malheureuse d’un scénario à l’italienne, dont la menace pèse toujours sur le second tour. Sans ambages, Rémi Salomon, le président de la commission médicale d’établissement de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), a appelé sur Twitter ce 15 mars les électeurs à ne pas aller voter.

«Il faut dès maintenant appliquer le confinement maximum. N'allez pas voter, évitez les contacts à moins de deux mètres», a-t-il préconisé. Dans les colonnes de Libération, le médecin tire le signal d’alarme.

«Si on n’observe pas strictement des mesures de confinement, le pic de l’épidémie sera très élevé et augmentera, par conséquent, le nombre de cas graves nécessitant d’être admis en service de réanimation. Or, on ne compte en France que 5.000 places en réanimation», détaille-t-il.

Signe que la situation peut évoluer très vite, le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé ce 15 mars que les experts seraient consultés «sans doute», a-t-il précisé, sur l’opportunité d’un second tour.

Lire aussi:

La France se dit «vivement préoccupée» par les affrontements dans le Haut-Karabagh et appelle à cesser les hostilités
En continu: le conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan s’intensifie dans le Haut-Karabagh
Des chercheurs désignent la plus grande «ruse» du coronavirus
Tags:
France, épidémie, élections municipales, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook