France
URL courte
153323
S'abonner

Des policiers ont verbalisé le gérant d’un bar de Nogent-sur-Marne après avoir découvert qu’il accueillait des clients malgré l’interdiction émise par le gouvernement. Il voulait être discret, mais des éclats de rire l’ont trahi.

Le gérant d’un bar de Nogent-sur-Marne, dans le Val-de-Marne,  a été verbalisé le 17 mars après avoir accueilli des clients dans son établissement malgré l’interdiction annoncée samedi 14 mars par Édouard Philippe, rapporte 20 Minutes..

Selon une source policière citée par le quotidien, les forces de l’ordre en patrouille ont entendu des éclats de rire qui provenaient de l’intérieur de ce café semblant être fermé. En contournant l’établissement, les fonctionnaires ont aperçu un homme qui y entrait par la porte arrière menant à la cuisine.

D’après 20 Minutes, les forces de l’ordre ont découvert le gérant et cinq clients avec des bières à la main qui jouaient aux fléchettes.

Le responsable a reconnu les faits et a été verbalisé.

Confinement total en France

Samedi 14 mars, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé la fermeture dès minuit et «jusqu’à nouvel ordre» de tous les «lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays».

Deux jours après, Emmanuel Macron a annoncé un confinement total visant à lutter contre la propagation du coronavirus et qui est entré en vigueur à midi le 17 mars pour au moins 15 jours, sous peine de sanctions. De plus, le Président a annoncé la fermeture des frontières de l'Union européenne et de l'espace Schengen pour une durée de 30 jours.

Le coronavirus, détecté en Chine en décembre dernier, a déjà touché plus de 9.100 personnes en France et en a tué 264.

Lire aussi:

Un confinement préventif avant Noël est-il envisagé? Olivier Véran répond
La vidéo de la «destruction de chars» azerbaïdjanais partagée en ligne par la Défense arménienne
Des chercheurs désignent la plus grande «ruse» du coronavirus
Tags:
Edouard Philippe, bar, Covid-19, confinement, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook