France
URL courte
Propagation du coronavirus en France (341)
15015215
S'abonner

Il faut remonter à la décision prise par le gouvernement Fillon à la fin de l’épidémie de grippe A (H1N1) pour expliquer la pénurie de masques que connaît actuellement la France, a indiqué Sibeth Ndiaye sur BFM TV. Celui-ci aurait en 2011 estimé que le pays n’avait «plus besoin de stock de cette nature».

Pour expliquer la pénurie de matériel de protection lors d’une émission sur BFM TV, la porte-parole du gouvernement est remontée à la fin de la grippe H1N1 (2009-2010). La France présentait alors un stock d’un milliard de masques chirurgicaux et 600 millions de masques dits «FFP2». Et le gouvernement de l’époque (Nicolas Sarkozy était alors Président de la République) avait jugé n'avoir «plus besoin de stock de cette nature», affirme Sibeth Ndiaye.

​Puis «les stocks ont progressivement diminué» et il n’y avait plus que «140 millions de masques chirurgicaux» au début de la crise en 2019, dont une partie était «inutilisable, parce que c’étaient des masques pour enfants», précise-t-elle.

Réquisition d'usines

Lorsque le nouveau coronavirus a commencé à se propager dans l’Hexagone, le gouvernement a réquisitionné «les quatre usines en France qui étaient habilitées à fabriquer des masques chirurgicaux» et qui «sont capables de produire entre huit et six millions de masques par semaine».

Mme Ndiaye est également revenue sur la décision de réserver les masques en priorité au personnel médical et sur l’obstacle que rencontre la production de matériel de protection: «la Chine [qui, ndlr] est l’endroit principal où l’on fabrique des masques, avait sa machinerie industrielle à l’arrêt».

C’est pourquoi l’État a opté pour «une gestion en "bon père de famille", c’est-à-dire une gestion parcimonieuse».

«Je ne sais pas utiliser un masque»

Enfin, la porte-parole a réfuté la nécessité de masques «pour tout le monde», citant le Professeur Salomon, directeur général de la Santé. Elle a également avoué ne pas savoir utiliser un masque, «parce que l’utilisation d’un masque ce sont des gestes techniques précis». Et d’ajouter:

«Sinon on se gratte le nez sous le masque, bah en fait on a du virus sur les mains. Sinon on a une utilisation qui n’est pas bonne et ça peut être même contreproductif».

L’aide chinoise

Pékin a pris la décision d’envoyer le 18 mars par deux avions un million de masques en France. Plus tôt dans la journée, le ministre français de la Santé Olivier Véran a fait état d’un stock national de 100 millions de masques chirurgicaux disponibles, ce qui est «beaucoup et pas beaucoup».

Dossier:
Propagation du coronavirus en France (341)

Lire aussi:

Interpellé à 249 km/h sur l'autoroute, il explique être prêt à tout pour respecter le couvre-feu
Ces pays considérés par Vladimir Poutine comme les futures superpuissances mondiales
«Il y a un risque de guerre civile» en France, prévient l'ancien chef d'État-Major des armées Pierre de Villiers
«Pas que ça à faire»: un policier traîné sur plusieurs mètres par un automobiliste à Agen
Tags:
Covid-19, Nicolas Sarkozy, masques, François Fillon, Sibeth Ndiaye
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook