France
URL courte
46949
S'abonner

L'épidémie de coronavirus alimente rumeurs et théories du complot. Ainsi, des internautes affirment que la chloroquine, présentée comme un traitement prometteur contre le Covid-19, a été délivrée sur ordonnance au moment de l’arrivée du coronavirus en France. Mais la réalité est toute autre.

Malgré les théories du complot propagées via les réseaux sociaux, la chloroquine n'est pas passée sous ordonnance en janvier avec la propagation du Covid-19, informe LCI.

Sur Twitter, une certaine Ariane Walter, qui compte 12.000 abonnés et se présente comme «agrégée de lettres, dramaturge, romancière et bloggeuse», a pourtant publié ce message:

​Cependant, selon la chaîne de télévision, ces informations sont fausses et trompeuses, car ce n’est pas la chloroquine qui est considérée comme un remède potentiel contre le coronavirus, mais l'un de ses dérivés, l'hydroxychloroquine, longtemps disponible sans ordonnance, mais plus depuis un arrêté du 13 janvier qui a fait classer sous toutes ses formes ce médicament antipaludique sur la liste II des substances vénéneuses.

Par ailleurs, la chloroquine est inaccessible sans ordonnance depuis son autorisation de mise sur le marché.

La nouvelle classification débattue avant l’épidémie

En outre, bien que l'arrêté ait été publié dans le Journal officiel le 13 janvier, les autorités de santé réfléchissaient à cette nouvelle classification depuis octobre 2019, selon l’avis de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (ANSES).

Sollicitée par l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), elle s'était montrée favorable à l’évolution de la législation sur l'hydroxychloroquine, en demandant par ailleurs des études complémentaires «afin d’évaluer le risque sur la santé humaine».

Le premier médicament à base de chloroquine testé

Le premier test d’un nouveau traitement contre le coronavirus à base de chloroquine a été mené par les scientifiques de l'Institut hospitalo-universitaire (IHU) de Marseille. Selon eux, les résultats publiés lundi 16 mars sont encourageants, mais ce médicament peut provoquer des effets secondaires comme des problèmes d’interactions médicamenteuses.

Lire aussi:

La Turquie accuse la France de se comporter «comme un caïd» en Méditerranée
Les États-Unis saisissent pour la première fois une cargaison iranienne, en toute illégalité
Un septuagénaire gravement blessé après avoir été percuté accidentellement par le GIGN
Tags:
Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSES), France, traitement, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook