France
URL courte
Face au coronavirus, la France passe en confinement (168)
8617
S'abonner

Même si les établissements scolaires sont fermés, le ministre de l'Éducation nationale insiste sur la poursuite des cours pour élever le niveau général des écoliers. Jean-Michel Blanquer a exposé au Parisien les mesures visant à maintenir la discipline scolaire.

Le ministre de l’Éducation nationale souhaite que l’année scolaire se poursuive à la maison malgré le confinement. Il a présenté au Parisien une série de mesures visant à maintenir la discipline éducative des classes dispersées. Celles-ci comprennent des coups de fil réguliers aux familles, des émissions de télévision pédagogiques et une remise à niveau pour tous les enfants en difficulté à la fin de la crise.

Expliquant le fonctionnement de la continuité pédagogique, en place depuis une semaine sur fond d’épidémie de Covid-19, M.Blanquer a reconnu qu’il y a eu «des difficultés informatiques le premier jour, parce que toute la France était sur Internet». Cependant, le site «Ma classe à la maison» connaît selon lui un premier succès, puisqu’il est aujourd'hui utilisé par un professeur sur quatre.

La plateforme vient en complément des cours que les professeurs préparent pour leurs élèves et des mécanismes qu’ils ont trouvés pour garder contact avec eux, explique-t-il. «Pour qu'aucun élève ne reste au bord du chemin, nous allons aussi téléphoner chaque semaine à chaque famille», a annoncé le ministre. Et d’ajouter: «L'objectif est de prendre des nouvelles, s'assurer que les outils sont bien utilisés, et répondre aux questions».

Attention particulière aux familles défavorisées

Il a également appelé à «privilégier le système public, parce qu'il garantit une déontologie et une gratuité», au détriment des opérateurs privés qui proposent leur concours aux enseignants ou aux parents. Mais «on doit être bien sûr ouvert aux innovations, dans la mesure où elles respectent les règles», a-t-il admis.

Interrogé par Le Parisien sur la gestion des inégalités entre enfants, qui risquent de se creuser pendant la crise, le ministre a promis que les familles des milieux défavorisés seraient appelées plus fréquemment: «Nous travaillons avec les collectivités locales et les associations, pour faire parvenir autant que possible du matériel informatique aux familles qui n'en ont pas. Par ailleurs, je mettrai en place après la crise des modules de soutien gratuit pour les enfants les plus en difficulté».

Des moyens alternatifs

Outre ces mesures, des programmes à destination des élèves démarrent sur plusieurs chaînes dans le cadre de l'opération «Nation apprenante», «afin que tous participent à une dynamique de contenus de qualité autour des programmes scolaires, de l'élémentaire jusqu'au lycée». «Un des objectifs visés, c'est que des élèves qui n'auraient pas Internet puissent suivre des émissions de télévision, bien faites et éducatives», a souligné M.Blanquer.

Il a aussi appelé les parents à créer «un climat d'équipe entre les adultes et les enfants» pour faciliter la tâche à ces derniers, promettant de formuler au fil du temps des conseils pratiques aux parents.

«On se prépare à tout»

Enfin, interrogé sur la durée du confinement, le ministre a répondu: «On se prépare à tout. Le scénario privilégié est celui d'un retour en classe après les dernières vacances de printemps, le 4 mai, mais nous sommes évidemment tributaires de l'évolution de l'épidémie».

Parmi les scénarios envisagés en fonction de la durée du confinement, il y a notamment, selon lui, la possibilité d’un contrôle continu du bac. Les circonstances dicteront la bonne formule.

D’autre part, les vacances d'été ne doivent pas être raccourcies, estime M.Blanquer. «Une fausse lettre sur ce sujet a circulé vendredi, avec une fausse signature. J'ai porté plainte pour identifier les auteurs de ce faux», a-t-il fait savoir.

«Mon objectif reste de hausser le niveau général de tous les élèves», a conclu Jean-Michel Blanquer.
Dossier:
Face au coronavirus, la France passe en confinement (168)

Lire aussi:

Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
Diego Maradona est décédé à l'âge de 60 ans
Il faut mettre les migrants «dans des avions pour les renvoyer chez eux» plutôt que de les disperser, estime Zemmour
«Absurdie», «gardien de prison», «incompétence»: le monde politique réagit aux annonces de Macron
Tags:
Covid-19, France, éducation, Jean-Michel Blanquer
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook