France
URL courte
Propagation du coronavirus en France (341)
9215
S'abonner

Alors que l’épidémie de coronavirus continue de se propager, les hôpitaux du 93 se retrouvent dans une situation critique à cause du manque de lits en soins intensifs. Au micro de Morandini Live, le médecin urgentiste Patrick Pelloux a estimé que les choses allaient être encore plus compliquées ce week-end.

Invité chez Morandini Live sur CNews et Non Stop People ce vendredi 27 mars, le médecin urgentiste Patrick Pelloux a abordé la situation actuelle des hôpitaux de France. Selon lui, les établissements d’Île-de-France arrivent déjà à saturation.

«Il n'y a pratiquement plus de place en réanimation. Les patients atteints de Covid-19 sont en réanimation pour au minimum entre huit et 15 jours. À cette heure, il n'y a plus de place. On arrive à en faire encore, parce qu'il y a le savoir-faire des professionnels. On sert un peu les lits... Le système D, je pense que ça ne va pas durer longtemps», a-t-il expliqué.

Le médecin a surtout précisé que «la situation va être extrêmement compliquée ce week-end. La gravité est là. On est très mobilisés».

Des patients dans les couloirs

Faute de lits en soins intensifs, Patrick Pelloux a dit recourir au service des urgences où «certains ont été construits avec des grands sas et avec des rampes d'oxygène tout le long», ce qui permet au personnel de mettre des patients dans les couloirs et de les surveiller.

«En accord avec les réanimateurs, on essaye de retarder le plus possible l'intubation des malades [...] de manière à gagner du temps».

En France, près de 1.700 personnes sont mortes du coronavirus, dont une adolescente de 16 ans en Île-de-France. C'est la première mineure à décéder dans l’Hexagone à cause du virus.

Dossier:
Propagation du coronavirus en France (341)

Lire aussi:

Covid-19: la deuxième vague, une fiction?
Didier Raoult répond à l’AP-HP qui l’avait accusé de «faux témoignage»
Macron propose à Philippe une mission en vue de 2022 après sa démission
Tags:
hôpital, soins intensifs, Covid-19, Île-de-France, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook