France
URL courte
Face au coronavirus, la France passe en confinement (168)
66995
S'abonner

Lors d'une conférence de presse, aux côtés du ministre de la Santé Olivier Véran, le Premier ministre Édouard Philippe a déclaré que «le combat ne fait que commencer» contre le coronavirus, assurant qu'il n'y avait pas eu «de retard sur la prise de décision s'agissant du confinement».

Le Premier ministre Édouard Philippe a prévenu samedi que «les 15 premiers jours d'avril seront encore plus difficiles que les 15 jours qui viennent de s'écouler» dans la crise du coronavirus en France, car «le combat ne fait que commencer».

«Je veux vous dire les choses avec clarté et franchise: le combat ne fait que commencer, les 15 premiers jours d'avril seront encore plus difficiles que les 15 jours qui viennent de s'écouler», a déclaré M.Philippe lors d'un point d'information aux Français tenu avec le ministre de la Santé Olivier Véran.

Le Premier ministre s'est félicité d'«un effort collectif», «d'abord celui des soignants, admirables, courageux, engagés», «mais aussi l'effort remarquable de ceux qui, en deuxième ligne, assurent la continuité de la vie de la nation».

Aucun «retard» sur le confinement, assure Philippe

Il a par ailleurs assuré qu'il n'y avait pas eu «de retard sur la prise de décision s'agissant du confinement» pour endiguer la circulation du coronavirus, répondant aux critiques notamment sur le maintien du premier tour des municipales.

«Au moment où nous avons pris cette décision de confinement, il y avait moins de 8.000 cas sur le territoire national et moins de 200 morts. Chacun pourra apprécier les moments où les gouvernements ont pris cette décision mais je ne laisserai personne dire qu'il y a eu du retard sur la prise de décision s'agissant du confinement», a détaillé le chef du gouvernement.

Passer à 14.000 lits en réanimation contre 5.000 initialement

S'exprimant aux côtés d'Édouard Philippe, le ministre de la Santé Olivier Véran a pour sa part déclaré que le gouvernement souhaitait augmenter le nombre de lits en réanimation pour atteindre «14.000 à 14.500», contre 5.000 initialement, pour faire face à l'afflux de malades causé par l'épidémie de Covid-19.

«Les capacités initiales de la France étaient de 5.000 lits de réanimation. Elles ont été augmentées [...] à 10.000 lits. Désormais, nous souhaitons atteindre un objectif de 14.000 à 14.500 lits de réanimation sur tout le territoire national», a déclaré le ministre.

«Un isolement individuel» des pensionnaires des EHPAD

Le ministre de la Santé a indiqué qu'il allait demander «aux établissements de type EHPAD d'aller vers un isolement individuel» pour chacun de leurs pensionnaires afin d'«aller plus loin» dans la protection des personnes âgées contre le coronavirus.

M.Véran va aussi demander de «tester en priorité pour le virus le personnel qui travaille au sein des EHPAD», les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes, a-t-il déclaré.

«Je demanderai aux établissements de type EHPAD de se préparer à aller vers un isolement individuel de chaque résident dans les chambres», a indiqué le ministre. Car, après le plan bleu, «nous devons aller plus loin pour protéger ces personnes âgées particulièrement fragiles et prendre des décisions encore plus difficiles».

«Le plan bleu nous a permis de prendre des mesures difficiles humainement», avec «l'interdiction des visites, l'éloignement des familles, l'identification partout où c'était possible au sein des EHPAD de secteurs dédiés aux malades atteints du coronavirus», a-t-il relevé, en notant qu'il s'était «engagé à déstocker chaque jour 500.000 masques» chirurgicaux pour ces établissements.

Dossier:
Face au coronavirus, la France passe en confinement (168)

Lire aussi:

La France se dit «vivement préoccupée» par les affrontements dans le Haut-Karabagh et appelle à cesser les hostilités
En continu: les autorités du Haut-Karabagh décrètent la loi martiale et la mobilisation générale
Des chercheurs désignent la plus grande «ruse» du coronavirus
Moscou réagit aux tensions dans le Haut-Karabagh
Tags:
Édouard Philippe, Olivier Véran, Covid-19, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook