France
URL courte
Propagation du coronavirus en France (341)
6142
S'abonner

Un braqueur, originaire de Saint-Étienne, est sorti de prison plus tôt que prévu grâce à un aménagement de peine en raison de la crise du coronavirus. Mais après avoir manqué aux règles du confinement à quatre reprises, il est retourné en cellule pour quatre mois.

Un jeune homme de 20 ans, originaire de Saint-Étienne, dans la Loire, était sorti de prison à la faveur d'un aménagement de peine du fait de l’état d’urgence sanitaire. Pourtant, il y est retourné seulement cinq jours plus tard pour le non-respect des règles du confinement, rapporte France Bleu.

Selon la station de radio, ce braqueur devait rester à la maison d’arrêt de La Talaudière jusqu’au 18 avril pour avoir commis des cambriolages quand il était mineur. Mais, du fait de l’état d’urgence sanitaire, le détenu a pu bénéficier d’une sortie précoce.

Vendredi 27 mars, ce jeune homme, ainsi que 11 autres prisonniers, était sorti de la prison avec une assignation à domicile.

Pourtant, selon la source, il n’a pas respecté les mesures du confinement. Les forces de l’ordre de Saint-Étienne l’ont contrôlé trois fois entre le 29 mars et le 31 mars. Finalement, sa quatrième verbalisation a provoqué son placement en garde à vue.

D’après France Bleu, ce jeune homme a été jugé en comparution immédiate mercredi 1er avril. Le tribunal de Saint-Étienne l’a ainsi condamné à quatre mois de prison.

Des symptômes du coronavirus

Le jeune homme restera pendant 14 jours dans une aile réservée aux nouveaux entrants, comme l’exige le règlement pénitentiaire pendant la crise du coronavirus, avant d’intégrer une cellule classique. Il présentait des symptômes du Covid-19, selon le médecin qui l’a examiné au commissariat.

Interdiction des déplacements

Selon le dernier bilan, la France compte 56.989 cas confirmés du Covid-19, tandis que 4.032 personnes sont décédées.

Depuis le 17 mars, l’Hexagone est confiné pour arrêter la propagation du virus.

Dossier:
Propagation du coronavirus en France (341)

Lire aussi:

Appels au boycott de produits français dans des pays musulmans
Il traite ses copains de «fils de porcs» dans le 93, sa mère refuse de s'excuser auprès de l'enseignant et l'insulte
Un Toulousain diffuse la photo du professeur décapité et finit derrière les barreaux
Des musulmans investissent une mairie et exigent des excuses d’un élu pour ses propos jugés racistes
Tags:
confinement, Covid-19, prison, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook