France
URL courte
Face au coronavirus, la France passe en confinement (168)
351646
S'abonner

Le préfet de Paris a appelé les Parisiens à rester dans la capitale et à s’abstenir de trajets «par définition stupides». Il s’est indigné de leur comportement dans la même interview accordée à BFM TV où il a estimé que les personnes en réanimation étaient celles qui n'avaient pas respecté le confinement.

Après avoir dévoilé la «corrélation très simple» entre la présence des malades en réanimation et la violation des règles du confinement, le préfet de Paris, Didier Lallement, a appelé les habitants de la capitale voulant quitter la ville pour partir en vacances à renoncer à cette idée «stupide» dans une interview accordée à BFM TV vendredi 3 avril.

S’adressant aux Parisiens, il n’a pas mâché ses mots : «Je le dis très simplement à ceux qui envisageraient, qui persisteraient dans leurs intentions stupides. Nous serons là au départ, nous serons là pendant le trajet, nous serons là à leur arrivée».

«Et pour ceux qui échapperaient à nos contrôles sur Paris et l’Île-de-France, ils rencontreront tout au long de leur trajet d’autres forces de police, d’autres forces de gendarmerie, en cours de trajet et sur leur lieu d’arrivée», a détaillé le haut fonctionnaire.

8.277 fonctionnaires et militaires mobilisés

Il a par ailleurs indiqué que plus de 8.000 membres des forces de l’ordre effectueraient les contrôles pendant le week-end.

«8.277 fonctionnaires et militaires seront mobilisés tout au long de week-end pour assurer cette présence et pour assurer ces contrôles», a-t-il-annoncé avant d’appeler les Parisiens à «éviter des ennuis et verbalisations répétitives» qui concerneront non seulement les conducteurs mais aussi «l’ensemble» des passagers.

«Nous ne baissons pas la garde»

Il a également expliqué que la police continuerait son travail tant que «le même nombre d’hospitalisations» serait constaté, ce qui nécessitera de s’assurer du respect du confinement.

«Vous voyez bien, nous ne baissons pas la garde. Nous continuons à être vigilants, nous continuons à être efficaces», a-t-il poursuivi. «Ne rendez pas tout à fait exorbitant en termes de coûts des verbalisations, des hypothèses des trajets qui par définition sont stupides et ne répondent pas à l’intérêt général», a conclu le préfet.

Cette même interview a déjà provoqué une vraie polémique après que Didier Lallement y a affirmé que les «hospitalisés, qu'on trouve dans les réanimations, sont ceux qui au début du confinement ne l'ont pas respecté». Selon le communiqué de la préfecture de Paris paru suite à ce passage télévisé controversé, le préfet «regrette» ses propos et «tient à les rectifier».

Dossier:
Face au coronavirus, la France passe en confinement (168)

Lire aussi:

Attentat de Nice: «c’est le début de la guerre civile en France»
Attaque au couteau à Notre-Dame de Nice, trois victimes dont deux égorgées
Un automobiliste fonce sur une foule en Allemagne, un mort et des blessés
L'identité de l'auteur de l'attaque à Notre-Dame de Nice établie
Tags:
confinement, Covid-19, Préfecture de police de Paris, Didier Lallement
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook