France
URL courte
Propagation du coronavirus en France (341)
2146
S'abonner

Un centre commercial E.Leclerc en Moselle a récemment découvert une palette de 6.000 masques FFP2 stockés avant même l’épidémie de Covid-19 et oubliés dans la réserve du magasin. Un colis de 2.400 masques a été remis au centre hospitalier de Sarrebourg.

Une découverte inattendue et très bienvenue en pleine épidémie du nouveau coronavirus a été faite par un employé du magasin E.Leclerc de Sarrebourg, dans la Moselle: il a trouvé dans la remise 6.000 masques FFP2. Livrés au magasin avant le début de la crise sanitaire en France dans le cadre de mesures préventives, ils avaient été rangés sur une palette placée en hauteur dans le secteur des textiles, a fait savoir Le Républicain lorrain.

«Et elle était complètement sortie des écrans radars entre-temps», a déclaré le PDG du centre commercial, Jean-François Froemer, cité par le journal.

De nombreux masques, qui sont particulièrement efficaces, sont distribués aux professionnels de santé et aux établissements de soin de la région.

Une découverte apparemment plus qu’opportune quand on sait que le Grand Est est frappé de plein fouet par la pandémie.

Remis à l’hôpital

La marchandise a été écoulée dans la région de Sarrebourg auprès d’infirmiers, ambulanciers, médecins, personnel encadrant les enfants de soignants ou de maisons de retraite, a ajouté le journal. Le centre commercial a fait don de 2.800 masques à l’hôpital de la ville.

Le Républicain lorrain ajoute qu’un atelier de fabrication de masques en tissu avait été ouvert dans le magasin E.Leclerc afin que les employés ne manquent pas de protection.

Dossier:
Propagation du coronavirus en France (341)

Lire aussi:

Les violences urbaines s'étendent, et avec elles les territoires perdus de la République?
Les Français font davantage confiance à Didier Raoult qu’à Olivier Véran, selon un sondage
Trump annonce que son pays met fin à ses relations avec l'OMS
Tags:
masques, Moselle, France, coronavirus SARS-CoV-2, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook