France
URL courte
Quatrième semaine de confinement en France (44)
17343
S'abonner

Depuis l'installation d'une morgue provisoire au sein du marché de Rungis, les familles des victimes doivent payer pour que le corps du défunt puisse être entreposé dans ces locaux de fortune. Christophe Castaner a qualifié la situation d’anormale.

Vu le nombre important de décès liés au coronavirus, une morgue provisoire a été installée dans un entrepôt au marché de Rungis (Val-de-Marne). Et la facture pour les familles des défunts peut grimper jusqu’à 250 euros, rapporte Le Parisien.

L'entrepôt a été réquisitionné par la préfecture de police de Paris depuis début avril auprès de la société Semmaris. Puis la préfecture de police a fait appel à un opérateur funéraire, le groupe OGF, qui fixe dès lors ses tarifs, selon une source policière citée par le journal. «Aucun argent ne va à l’État ou à la police», affirme cette même source.

Selon Le Parisien, il y a d’abord 159 euros de frais d’admission à régler, après quoi la famille a six jours pour inhumer le corps. «S’il reste plus longtemps, il faut ajouter 35 euros la journée supplémentaire», explique au quotidien Sandrine Thiefine, présidente du réseau Pompes funèbres de France, qui qualifie cette situation d’inacceptable.

Castaner réagit

Interrogé à ce sujet devant la mission d’information de l’Assemblée nationale sur l’épidémie de Covid-19, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a annoncé avoir demandé un «contrôle» de cette morgue provisoire.

«Il me semble anormal que les contraintes liées à la situation de confinement et à des mortalités massives soient imputées financièrement aux familles», a-t-il indiqué.

Le Parisien souligne néanmoins que les prix pratiqués par OGF «sont inférieurs à la moyenne pratiquée dans les chambres funéraires privées».

Dossier:
Quatrième semaine de confinement en France (44)

Lire aussi:

Tensions dans le centre de Marseille où la police tente de disperser les manifestants
Une deuxième vague de Covid-19, «c’est presque certain», affirme un infectiologue japonais
Un homme de 75 ans en sang: les policiers de Buffalo démissionnent par solidarité avec leurs deux collègues suspendus
Engagement de GI en Tunisie: Washington accuse Moscou et tente de doubler Paris
Tags:
Rungis, Paris, morgue, Covid-19, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook