France
URL courte
Quatrième semaine de confinement en France (44)
4725415
S'abonner

Arrivé à Marseille, le Président Macron a été accueilli par du personnel soignant réclamant la fourniture de matériel pour qu’ils puissent aider les patients atteints du Covid-19.

Le personnel soignant des hôpitaux de Marseille a crié son besoin de matériel ce jeudi 9 avril alors que Président de la République, en déplacement dans la Cité Phocéenne, rencontrait le professeur Didier Raoult qui défend l’utilisation de la chloroquine contre le Covid-19.

«Du matériel pour les soignants!», ont scandé les personnes rassemblées devant l’hôpital.

​Des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux montrent des infirmières de l’Assistance Publique- Hôpitaux de Marseille (AP-HM) en train d’essayer les nouvelles surblouses censées protéger le personnel qui soigne les patients atteints du Covid-19. Ces blouses se déchirent trop facilement et sont donc inutilisables. Selon la direction de l’AP-HM citée par France Bleu, une enquête sera ouverte pour faire la lumière sur la provenance de ces protections trop fines.

Le Point avait précédemment publié les propos d’une Parisienne de 25 ans en stage en gériatrie dans un hôpital de la banlieue parisienne, qui faisait état de la pénurie de masques, blouses et autre matériel de protection.

Le déplacement d'Emmanuel Macron à l'hôpital de Marseille n'avait pas été annoncé et s'est déroulé en l’absence de journalistes, comme celui effectué dans la matinée à l'hôpital du Kremlin-Bicêtre pour rencontrer des équipes hospitalo-universitaires impliquées dans la recherche clinique sur le coronavirus. 

Dossier:
Quatrième semaine de confinement en France (44)

Lire aussi:

Une fillette meurt après une «erreur» d'injection dans un hôpital de Sète
Un député français membre des Républicains qui avait été infecté au coronavirus est décédé
Jean-Jacques Bourdin flashé à 186 km/h à plus de 100 km de son domicile, son permis de conduire confisqué
Tags:
hôpital, Covid-19, Marseille
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook