France
URL courte
Quatrième semaine de confinement en France (44)
161247
S'abonner

Alertées pour des violences conjugales, les forces de l’ordre ont interpellé un homme qui faisait l’objet d’investigations depuis janvier. Ils ont de plus découvert un club illégal chez lui, dans lequel il aurait notamment organisé des soirées en violant les mesures de confinement.

Un homme d’une trentaine d’années a été interpellé le 8 avril pour des violences conjugales à son domicile. Il s’est de plus avéré qu’il avait une discothèque clandestine dans le sous-sol de sa maison, relate Midi Libre.

Selon le quotidien, les gendarmes de Saint-Ambroix, dans le Gard, sont arrivés à son domicile d’Allègre-les-Fumades après que l’individu de 37 ans, sous l’effet de stupéfiants, s’en est pris à sa compagne devant leurs deux enfants.

Placé en garde à vue, il a reconnu les faits ainsi que d’autres cas de violences commis depuis plusieurs années.

Connu de la justice, il faisait en outre l’objet d’investigations depuis janvier pour travail dissimulé.

D’après la source, il aurait ainsi créé une discothèque illégale dans le sous-sol de sa maison et posté sur Internet des photos de son club, sans déclaration ni règle de sécurité.

Un club caché sous la maison

Lors de la perquisition, les enquêteurs ont ainsi découvert une boîte de nuit de 140 m carrés, avec quatre salles aménagées et d’une capacité de cent personnes. Ils ont saisi plus de 19.000 euros de matériel.

D’après le média, les investigations ont révélé que le trentenaire avait aussi organisé des soirées illégales fin mars, durant le confinement.

Il a été déféré le 10 avril devant le substitut du procureur de la République d’Alès. Il sera jugé pour violences conjugales en septembre et a été incarcéré pour 26 mois à la maison d’arrêt de Nîmes. L’enquête concernant le club clandestin est toujours en cours.

Dossier:
Quatrième semaine de confinement en France (44)

Lire aussi:

Un «confinement très serré» fait partie des scénarios envisagés, selon le gouvernement
La mère de Yuriy accusée d'exploitation de femmes de ménage ukrainiennes, selon Libération
Ces SMS de Darmanin qui contredisent sa défense face aux accusations de viol
Tags:
confinement, violences conjugales, discothèque, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook