France
URL courte
Par
4103
S'abonner

Grands oubliés de l’État, les agents des services de secours dénoncent une situation très inconfortable. Entre le manque d’équipements de protection et le contact permanent avec les malades, ils risquent de devenir malgré eux des vecteurs de propagation du virus.

En première ligne face aux patients atteints de Covid-19, très souvent sans équipements de protection adéquats, les ambulanciers se sentent délaissés par l’État. Les témoignages dénonçant leur condition de travail se sont multipliés depuis le début de cette crise sanitaire.

«La charge de travail est difficile, car on fait des longues journées et longues nuits. En plus, on est exposés au virus, car on est dans l’environnement du patient. On agit à la source, donc on est dans le foyer de l’épidémie», explique Gassen, ambulancier, interrogé par Sputnik.

Des risques de contamination

Une exposition au coronavirus qui augmente les chances d’être contaminé sans le savoir, étant donné le manque de tests systématiques. C’est le cas de Nordine, patron d’une société d’ambulances, qui a été diagnostiqué au Covid-19 quelques jours après l’une de ses interventions.

«Dans mon cas, on a été appelés par une maison de retraite avec qui l’on travaille, pour une patiente, détaille Nordine au micro de Sputnik. Je crois que dans l’Ehpad, vu qu’ils ne prenaient aucune précaution, ils ne savaient pas qu’elle était susceptible d’avoir le coronavirus.»

Pourtant, malgré les difficultés de leur profession durant cette crise sanitaire, ils n’oublient pas le personnel soignant. Dans la soirée du jeudi 16 avril, des ambulanciers ont rendu hommage aux infirmiers de l’hôpital Henri-Mondor de Créteil (94).

Gassen explique que cette mobilisation est née sur les réseaux sociaux, en concertation avec des confrères d’autresdépartements travaillant aux quatre coins de la France, afin de souligner la rudesse du travail des personnels hospitaliers.

Baisse du nombre de personnes hospitalisées

Au 17 avril, l’épidémie de Covid-19 a fait au moins 17.920 morts dans l’Hexagone, avec 417 décès supplémentaires en milieu hospitalier ces dernières vingt-quatre heures. Néanmoins, le nombre de personnes hospitalisées et celui des patients admis en réanimation sont en baisse.

Lire aussi:

Zemmour détourné en Zob: une présentatrice de France Inter se moque et provoque un tollé
Sang, sueur et larmes: des chercheurs désignent les ingrédients pour créer du béton sur Mars
Fabrice Di Vizio raccroche: «On est arrivés à un niveau de haine sociale que je ne sais plus gérer»
Contrôle de police à Stains: «J'ai cru que c'était des voleurs, des agresseurs», affirme le conducteur blessé par balles
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook