France
URL courte
151013
S'abonner

Alors que l’Assemblée nationale a voté le 17 avril pour un nouveau budget prévoyant 20 milliards d’euros destinés aux entreprises stratégiques en difficulté, des associations dénoncent ce «chèque en blanc». Pour protester, Greenpeace a appelé les internautes à interpeller les élus par email pour «faire monter la pression».

Plusieurs députés et présidents de groupes parlementaires de l’Assemblée nationale ont été submergés de messages de la part de militants de Greenpeace indignés. L’association leur a donné des adresses email professionnelles pour protester contre le «chèque en blanc» de 20 milliards d'euros que le gouvernement compte allouer aux «plus grands pollueurs sans contrepartie», rapporte Le Parisien.

Le 18 avril, sur son site, Greenpeace incite à interpeller par e-mail ou sur Twitter en priorité les députés qui participaient le 17 avril à l'examen du projet de loi de finances rectificative pour 2020, ainsi que les présidents de groupes, «pour faire monter la pression».

​Selon le quotidien, l’initiative a été largement entendue par les internautes qui ont envoyé en seulement deux jours pas moins de 25.000 mails identiques au président du groupe LREM Gilles Le Gendre. Damien Abad, leader des députés Les Républicains à l'Assemblée, en a reçu 13.000; Patrick Mignola, président du groupe UDI, 10.000.

«Ce ne sont pas des méthodes. Aucun électeur de nos circonscriptions ne peut plus nous écrire! Pour faire avancer une cause, ça ne sert à rien de la mettre en mode perroquet. Quand on sait qu'un mail fait 10 grammes de CO2, pas sûr que ce soit un bon calcul», s’indigne Patrick Mignola auprès du Parisien.

Le vote d’un nouveau budget

Face au coronavirus et à l'urgence économique, l'Assemblée nationale a voté un nouveau budget de crise dans la nuit du 17 au 18 avril. Ce second projet de loi de finances rectificative, après celui adopté en mars, est attendu au Sénat demain, mardi 21 avril.

Dans le cadre de ce projet, 20 milliards d'euros ont été alloués pour recapitaliser des entreprises stratégiques en difficulté, notamment dans l'aéronautique et l'automobile. Cependant certaines associations environnementales dénoncent «un chèque aux grands pollueurs», sans condition.

Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a rétorqué qu’il ne s’agit pas d’un «chèque en blanc». Il a conditionné les montées au capital ou les éventuelles nationalisations temporaires à «un effort de redressement et de compétitivité» ainsi qu'à «une politique environnementale ambitieuse».

Lire aussi:

Violent incendie en cours dans un entrepôt à Aubervilliers, la fumée visible depuis Paris - images
Deux policiers US poussent un homme de 75 ans qui finit en sang sur le trottoir – vidéo choc
Valls ministre des Affaires étrangères? Une note secrète dévoilée par Marianne évoque un possible remaniement
Endormie, elle est violée par un ouvrier venu faire des travaux chez elle dans les Yvelines
Tags:
Greenpeace, Assemblée nationale française, Bruno Le Maire, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook