France
URL courte
Sixième semaine de confinement en France (45)
5415
S'abonner

Au terme d’une enquête d’ampleur menée dans l’Oise, un foyer du coronavirus en France, le professeur d’épidémiologie à l’Institut Pasteur de Paris, Arnaud Fontanet, a partagé ses conclusions avec Le Parisien. Selon lui, le coronavirus circulait dans ce département «dès début février».

L’Institut Pasteur de Paris a effectué une étude dite «sérologique» sur le développement du Covid-19 dans l’Oise, département lourdement impacté par l’épidémie. Le 23 avril, Le Parisien a publié un entretien avec le professeur d’épidémiologie de cet établissement, Arnaud Fontanet, qui est revenu sur la question.

«Dans l'Oise, la courbe épidémique commence dès début février et arrive à un pic autour du 14, soit au moment des vacances scolaires. Et là, elle redescend. On en conclut, comme avec la grippe, que les vacances font retomber l’épidémie», a expliqué le spécialiste.

Par la suite, selon lui, la courbe est remontée un peu «puis s'est arrêtée avec le confinement début mars», qui a été décrété dans le département 17 jours avant l'ensemble de la France.

«On voit sur le long terme l'impact positif du confinement sur la circulation du virus», a-t-il ajouté.

Participants à l’étude

Pour mener l’étude, les équipes de l'Institut Pasteur ont passé cinq jours entre fin mars et début avril dans les locaux du lycée Jean-Monnet, à Crépy-en-Valois, dans l'Oise. Ils ont effectué des prélèvements sanguins sur 661 personnes, des enseignants, des lycéens et leur famille, pour établir la part de la population ayant été contaminée par le Covid-19 et ayant des anticorps contre le coronavirus.

Ainsi, cette étude, mise en ligne sur le site MedRxiv, révèle que 25,9 % de la population étudiée a été infectée par le Covid-19 et possède des anticorps.

«Si, globalement, le virus a attaqué 26% de cette communauté, il faut noter que 41% des personnes positives sont directement rattachées au lycée (élèves, professeurs et personnel d'établissement) et 11% sont un deuxième groupe constitué de parents, frères et sœurs des lycéens», a détaillé le professeur.

Depuis janvier?

Le 9 avril, le Dr Étienne Simon-Loriere, spécialiste en virologie à l'Institut Pasteur, avait annoncé au Parisien que le coronavirus circulait dans l’Oise depuis janvier.

«Nous avons réussi à remonter à des premiers cas confirmés de coronavirus dès la deuxième semaine de janvier, avant même l'apparition de foyers au nord de l’Italie», avait-il notamment spécifié.

Le 26 février, un enseignant du collège de Crépy-en-Valois, testé positif au coronavirus, est décédé. Il n’avait visité ni l’Italie, ni la Chine.
 

Dossier:
Sixième semaine de confinement en France (45)

Lire aussi:

Un infectiologue marocain étrille l’étude de The Lancet critiquant la chloroquine
Les aliments les plus dangereux pour le foie énumérés
Un syndicat de police s’amuse d’une intervention violente et outre les internautes – vidéo
Départ de sept nouveaux députés de LREM à l'Assemblée pour rejoindre un 10e groupe
Tags:
étude, Covid-19, Oise, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook