France
URL courte
2821114
S'abonner

La Direction départementale de la sécurité publique du Calvados recommande aux policiers de ne pas «intervenir dans les quartiers à forte concentration de population suivant le ramadan pour relever un tapage ou contrôler un regroupement».

Un document interne consulté par Sputnik appelle les policiers du Calvados à limiter leurs interventions dans les quartiers où de nombreux habitants observent le ramadan, mois de jeûne des musulmans.

La note invite ainsi les policiers à intervenir dans ces quartiers uniquement pour «les atteintes aux personnes ou atteintes graves aux biens».

Il est demandé aux agents de «faire preuve de discernement en la matière, afin d'éviter qu'un manquement aux règles de confinement ne dégénère et provoque un trouble supérieur de violences urbaines».

Plus tôt dans la semaine, Sputnik avait révélé que les policiers d’Ile-de-France avaient reçu l’ordre d’«éviter la confrontation avec les perturbateurs, notamment pour les interventions ne présentant pas de danger immédiat».

Promesses de Castaner

Précédemment, le ministre français de l'Intérieur Christophe Castaner avait annoncé que les mosquées resteraient bien fermées pendant le ramadan.

Depuis plusieurs jours, des incidents impliquant les forces de l'ordre se produisent dans certaines banlieues d'Ile de France ainsi que dans les villes de province. Le ministre Castaner reconnaît que les tensions actuelles sont dues notamment à «l'effet de la dureté du confinement» mais souligne que «l'ordre républicain [doit] être présent partout».

Lire aussi:

Traversée de l’Algérie avec un âne: le challenge qui passe mal sur les réseaux sociaux
Bill Clinton se fait masser par une accusatrice de Jeffrey Epstein sur des clichés de 2002 – photos
Une «violente altercation» éclate entre deux avocats lors du procès Sarkozy, l’audience suspendue
L’humoriste de France Inter Guillaume Meurice s’en prend aux commerçants frappés par le confinement
Tags:
ramadan, confinement, Calvados, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook